« Les femmes s’en mettent tellement sur les épaules. En plus de la charge mentale, on peut aussi parler de la charge émotive. On essaie de préserver, de prévenir les émotions des autres, parfois au détriment de nos propres émotions. Mon personnage est là-dedans », dit Maude Goyer en parlant de son roman.

Histoire d’une mère à boutte

Saprée charge mentale... Ce sujet éminemment actuel, Maude Goyer a choisi de l’aborder de front dans son premier roman, Maman est partie chercher du lait. Mais il aurait tout aussi bien pu s’intituler Histoire d’une mère à boutte...

En quelques mots, disons qu’on y retrace le périple d’Isabelle qui, sans crier gare, déserte le nid familial pour aller voir ailleurs si elle y est. Au fil d’un road trip vers l’Ouest canadien, on comprend que le poids du quotidien et la gestion de la maisonnée lui sont devenus insupportables. Comment et pourquoi ? C’est de cela que l’auteure souhaitait jaser. « Je voulais m’attarder plus sur la chute d’Isabelle que sur l’escapade. Je voulais expliquer comment elle en était arrivée là, pour qu’on se mette à sa place. »

Née à Cowansville, Maude Goyer a fait ses premiers pas en journalisme à La Voix de l’Est, où elle a œuvré durant deux ans. Elle est aujourd’hui aux commandes du blogue Maman 24/7, journaliste à la pige et collaboratrice occasionnelle à la radio et à la télévision. En couple depuis plusieurs années et maman de deux enfants, elle a fait de la famille son sujet de prédilection.

La charge mentale, elle connaît. Parce qu’elle y est exposée, inévitablement. Mais surtout parce qu’à travers son blogue, elle recueille les commentaires et les confidences de nombreuses lectrices qui en ont plein les bras.

Elle a la chance, insiste-t-elle, de pouvoir compter sur un partenaire qui participe largement à la routine familiale. Mais ce n’est pas le cas dans toutes les chaumières. « Ce n’est pas toujours facile d’avoir une carrière, d’être ambitieuse, d’avoir des enfants et de devoir encore faire la gestion du foyer ; pas seulement pour les tâches, pour tout », glisse la femme de 43 ans, en citant en exemple des « filles de sa génération » qui, pour arriver à partir quelques jours en vacances, doivent préalablement préparer tous les repas pour leur conjoint et leur marmaille.

« Les femmes s’en mettent tellement sur les épaules. En plus de la charge mentale, on peut aussi parler de la charge émotive. On essaie de préserver, de prévenir les émotions des autres, parfois au détriment de nos propres émotions. Mon personnage est là-dedans. »

Maman est partie chercher du lait arrive à peine sur les tablettes que la nouvelle écrivaine a déjà la tête à un prochain roman.

Congé de maternité

Ce problème, croit-elle, est notamment attribuable au congé de maternité d’un an. Le fait d’être un si long moment avec son bébé et de voir à tout peut contribuer à alourdir la tâche. « On est un an avec le bébé, des façons de faire s’installent et on devient un peu des Germaine, car les choses vont bien ainsi », note-t-elle entre autres, en faisant remarquer que les choses se compliquent lorsque la femme retourne au travail, en maintenant ce modèle.

« Le congé de maternité, c’est super, mais ce serait encore mieux si c’était moitié-moitié avec les pères. »

Ce n’est qu’une des solutions qui pourraient alléger la charge mentale des femmes, croit Maude Goyer. Choisir un bon partenaire de vie, avoir des enfants impliqués, bien s’entourer, exprimer ses émotions et être authentique peuvent faire une différence pour le mieux, selon elle. « Et plus les femmes occuperont des postes de direction, plus les conditions de travail seront mieux adaptées à la conciliation travail/famille. »

Pour son livre, Maude Goyer n’a pas voulu d’une fin à l’eau de rose. En pleine prise de conscience, son personnage devra faire des choix. « Pour moi, ça ne faisait pas de sens qu’elle revienne et qu’elle reprenne sa place. Isabelle n’est pas heureuse, alors elle va faire quelque chose. »

Maman est partie chercher du lait arrive à peine sur les tablettes que la nouvelle écrivaine a déjà la tête à un prochain roman. Elle assure toutefois que le thème de la famille sera, cette fois, mis en veilleuse...

Publié aux Éditions de l’Homme, Maman est partie chercher du lait est disponible en librairie à compter de mercredi