Le président exécutif par intérim de Groupe Capitales Médias, Stéphane Lavallée, assure qu’il est actuellement au travail pour réduire les coûts de GCM et augmenter ses revenus.

Groupe Capitales Médias: l’édition du lundi continue

Groupe Capitales Médias (GCM) n’arrêtera pas d’imprimer l’édition du lundi de ses journaux. Si cette option a été étudiée pour réduire les coûts de l’entreprise, elle «a été rejetée», indique Stéphane Lavallée, président exécutif par intérim de GCM.

Cette idée a été évoquée en mêlée de presse mercredi par le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon, qui souhaite «étirer» le plus possible le prêt de 5 millions $ octroyé à GCM, le temps que ces journaux trouvent un ou des repreneurs. 

«On peut arrêter d’imprimer le lundi par exemple, on peut faire des choses. Il y a des services qu’on pourrait se départir temporairement. Mais il faut pas faire des choses qui vont mettre en péril une structure qu’un repreneur voudrait avoir. C’est très délicat», commente M. Fitzgibbon. 

À l’heure actuelle, l’entreprise a les fonds nécessaires pour poursuivre ses activités jusqu’à la mi-novembre. Le ministre Fitzgibbon se dit «confiant» que son gouvernement n’aura pas à réinjecter de l’argent dans GCM pour assurer une transition vers un nouvel acheteur. 

«S’il y a des choses qu’on peut couper, qui vont faire qu’on va rallonger la période pour s’assurer qu’on ait une concomitance avec une offre, je pense que ce serait désirable», a-t-il soutenu. 

Retourner toutes les pierres

Stéphane Lavallée assure qu’il est actuellement au travail pour réduire les coûts de GCM et augmenter ses revenus. «Depuis un mois, ce qu’on fait, avec les équipes, c’est de retourner toutes les pierres», indique-t-il. 

L’idée de couper l’édition papier du lundi a été étudiée, mais M. Lavallée indique que c’était difficile de le faire en quelques semaines. «C’est pas le genre d’opération qu’on peut improviser. On a convenu qu’il vaut mieux remettre ça entre les mains des futurs acquéreurs.»

M. Lavallée assure qu’il «gère de façon très serrée» l’argent prêté par le gouvernement du Québec. Les rencontres entre éditeurs des journaux ont lieu par vidéoconférence, afin d’éviter des frais de transport. Le coût de l’abonnement aux journaux sera également augmenté au cours de l’automne et une campagne de souscription volontaire au contenu en ligne des journaux est en cours. Cette campagne a déjà rapporté 90 000 $ à l’entreprise. 

Arrivé à la barre de GCM le 19 août, M. Lavallée croit aux chances de réussite de cette transition. «J’y crois plus que ce que je croyais il y a un mois», dit-il. 

Pierre Fitzgibbon a quant à lui souligné qu’«il y a beaucoup de personnes qui sont intéressées» à racheter ces médias d’information. Il aimerait avoir toutes les offres en main le 27 octobre, afin de pouvoir prendre une décision. Le programme gouvernemental d’aide aux médias écrits sera annoncé quelques semaines plus tôt. 

Si le ministre ne peut garantir que les 350 employés de GCM, dont l’auteure de ces lignes, pourront conserver leur emploi, il indique qu’aucune suppression de poste n’est prévue à court terme. «Notre objectif, c’est d’assurer une pérennité aux six journaux.» 

Fonds de pension

La question du fonds de pension des employés de GCM a rebondi au Salon bleu mercredi. Le député du Parti québécois Sylvain Gaudreault a présenté une motion pour que l’Assemblée nationale demande à Retraite Québec de déclencher une enquête pour comprendre les causes du déficit actuariel de 65 millions $ du régime de retraite des employés de Groupe Capitales Médias. 

M. Gaudreault souhaitait que l’impact du transfert en 2015 du fonds de pension de Gesca, une filiale de Power Corporation, vers Groupe Capitales Médias soit étudiée et que des pistes de solution soient identifiées. Sa motion n’a toutefois pas été acceptée par le gouvernement de la Coalition avenir Québec. 


« C’est pas le genre d’opération qu’on peut improviser. On a convenu qu’il vaut mieux remettre ça entre les mains des futurs acquéreurs »
Stéphane Lavallée, président exécutif par intérim de GCM

Le député s’est dit «extrêmement étonné» et «déçu» de la réponse du gouvernement. «Comment ça se fait que personne, du côté de Power Corporation et du côté également du gouvernement, n'a insisté pour que Power Corporation garde la responsabilité du régime de retraite des employés, à ce moment-là? Et quel était le niveau de l'insolvabilité connu à l'époque (en 2015)?»

Le ministre Fitzgibbon a quant à lui voulu rassurer les retraités, qui craignent une baisse de 20 % de leur rente de retraite si l’entreprise fait faillite. «Je pense que quand on regarde la performance des actifs de la société, sur une base de pérennité, on peut conclure que le fonds de pension est équilibré.»