Au bout de la longue ligne droite, le moteur a flanché et l’arrière de la voiture de Lance Stroll a pris feu.

GP du Canada: Lance Stroll éliminé en début de qualifications; Vettel 1er

MONTRÉAL — Lance Stroll était déçu, mais avait aussi le coeur en paix après avoir été éliminé dès le premier segment des qualifications du Grand Prix de Formule 1 du Canada, samedi, quand ses plans ont déraillé en raison d’un problème mécanique.

Le pilote québécois s’est classé 18e avec un chrono d’une minute 12,266 secondes, alors que seulement les 15 premiers pilotes accédaient au segment suivant.

Il partira toutefois 17e, suite à la décision de Haas de faire partir Kevin Magnussen à partir des puits.

Le travail de Stroll s’est compliqué à la suite d’un bris de moteur pendant la dernière séance d’essais en début de journée.

Alors qu’il en était à son premier tour en piste, le moteur a flanché et l’arrière de la voiture a pris feu quand il était au bout de la longue ligne droite. Stroll a immobilisé sa voiture à l’entrée de la ligne des puits et son équipe est venue à sa rencontre pour ramener le bolide dans son garage.

Sur le système radio de Racing Point, on a évoqué qu’il pourrait s’agir d’une fuite hydraulique.

Racing Point a confirmé un peu plus tard que la voiture de Stroll avait subi un bris de moteur dont la cause était inconnue. Les mécaniciens ont réinstallé l’ancien moteur pour lui permettre de participer aux qualifications.

L’écurie bénéficiait d’un nouveau moteur Mercedes ce week-end.

«Les gars ont fait un travail exceptionnel pour préparer la voiture pour les qualifications. Ce fut vraiment serré, a dit Stroll. Honnêtement, si l’on considère l’ensemble de la situation - l’utilisation du vieux moteur et l’impossibilité de faire des tours lors de la troisième séance d’essais - nous n’étions pas très loin. (...) Nous avons fait ce que nous pouvions faire.

«Je crois que si ce n’était de l’ancien moteur, j’aurais passé (au segment suivant) parce que c’est 2,5 dixièmes de seconde de performance entre les deux moteurs. (...) Il est fort possible qu’avec une journée normale, j’aurais passé. Mais c’est comme ça. C’est dommage.»

C’est la 11e fois d’affilée que Stroll ne franchit pas la Q1 - une séquence qui a commencé la saison dernière quand il pilotait chez Williams.

Son coéquipier chez Racing Point Sergio Perez n’a guère fait mieux. Il s’est classé 16e et a été éliminé dès le premier segment. Il commencera par contre 15e, vu la décision de Haas concernant Magnussen.

Pourtant, Perez avait terminé en septième place lors de la deuxième séance d’essais, vendredi, et Stroll, 10e. Perez avait aussi terminé en neuvième position lors de la dernière séance, samedi matin.

«Nous ne nous attendions pas à voir les deux voitures être éliminées en Q1 puisque nous avions réussi de bonnes performances hier (vendredi), puis Sergio avait été solide ce matin», a admis Stroll.

«C’est étonnant de voir que nous n’avons pas été compétitifs», a-t-il ajouté.

Stroll espérait profiter du week-end au Canada pour relancer sa campagne. Il a été contraint à l’abandon à Barcelone, le 12 mai, puis s’est contenté d’une 16e place à Monaco, il y a deux semaines. Tout ça après un début de saison correct avec deux neuvièmes places lors des quatre premières courses.

L’an dernier, Stroll avait abandonné lors du premier tour sur le circuit Gilles-Villeneuve, à la suite d’un contact avec Brendon Hartley. En 2017, il avait récolté ses premiers points en carrière grâce à une neuvième position.

Petite consolation pour Stroll, il s’était classé 17e lors des qualifications en 2017 et les occasions de dépassements sont nombreuses sur la piste de l’île Notre-Dame.

«Je vais devoir sortir un lapin de mon chapeau», a noté Stroll.

+

VETTEL DÉCROCHE LA POSITION DE TÊTE AU GRAND PRIX DU CANADA

MONTRÉAL —  Sebastian Vettel a réalisé quelque chose que personne ne croyait possible jusqu’ici: battre Mercedes. Le pilote Ferrari a décroché la position de tête lors de la séance de qualifications du Grand Prix de Formule 1 du Canada, samedi après-midi.

«Nous n’avions aucune attente avant le début du week-end, a assuré Vettel, incrédule. Nous avions perdu beaucoup de terrain (sur Mercedes) lors des dernières séances de qualifications. J’espérais que nous soyons plus rapides, et que nous soyons plus près (de Mercedes), car le fossé était impressionnant, mais je ne m’attendais pas à un tel résultat.»

Vettel a ainsi complété un tour sur le circuit Gilles-Villeneuve en une minute et 10,240 secondes, établissant du même coup un nouveau record de piste en séance de qualifications.

«Je suis encore sur l’adrénaline. J’ai vraiment savouré ce tour, et j’aimerais pouvoir le refaire, juste pour revivre le moment, a confié Vettel, le champion en titre du Grand Prix du Canada. J’ai dû trouver mon rythme dans les deux premiers virages, parce que je n’avais pas d’adhérence, mais ensuite tout est tombé en place. Ç’a vraiment été amusant.»

Il s’agissait de sa première pole en 17 Grands Prix, et de sa deuxième de suite au Canada. De plus, Vettel convoitera dimanche une 53e victoire en carrière en F1.

Vettel a devancé le pilote Mercedes Lewis Hamilton par 0,206 seconde, tandis que Charles Leclerc se contentait du troisième chrono en 1:10,920. La séquence irrésistible de Mercedes, qui avait enlevé toutes les positions de tête jusqu’ici cette saison, a ainsi pris fin.

En bon joueur, Hamilton a tenu à féliciter Vettel.

«Je crois qu’on peut dire qu’ils ont maintenant un ‘mode party’ dans le dernier secteur», a déclaré le Britannique, en référence aux réglages qui ont permis à Mercedes de dominer les premières séances de qualifications cette saison.

«C’est fantastique pour notre sport. J’adore lutter contre une autre équipe et aujourd’hui c’était très serré, a renchéri le meneur au championnat. J’ignorais qui allait sortir vainqueur de cette séance, donc j’espère que c’est un point tournant et que ce sera très serré entre nous d’ici la fin de la saison. Ce serait fantastique.»

Vettel est néanmoins conscient qu’il reste encore beaucoup de boulot à accomplir avant de pouvoir crier victoire. Après tout, il doit encore rallier l’arrivée devant les Mercedes dimanche.

«Je ne suis pas devin; je ne peux pas prédire l’avenir. Ce sera une longue course, et c’est une longue saison. Il y a encore de nombreux obstacles sur notre route. (...) Mais d’où nous partons sur la grille de départ, j’ai l’impression que ce sera une belle course», a-t-il commenté.

«Il n’y a pas beaucoup de place pour dépasser au départ, mais c’est une longue course, a répliqué Hamilton. Bien sûr, dès qu’une ouverture se présentera, nous tenterons d’en profiter.»

Le pilote Renault Daniel Ricciardo a suivi en quatrième place, devant le pilote Red Bull Pierre Gasly.

Le pilote Mercedes Valtteri Bottas s’est offert des sueurs froides en étant victime d’une sortie de piste - sans conséquence - en Q3 dans le virage no 2, à la sortie des ‘S’ de Senna. Le Finlandais partira finalement sixième.

Ferrari et Mercedes prendront le départ sur des pneus médiums, tandis que les autres voitures du top-10 seront chaussées de pneus tendres. Ça signifie qu’elles seront vulnérables aux voitures qui sont derrière sur la grille, dont un certain Max Verstappen - qui s’élancera du neuvième rang. C’est du moins ce que croit Vettel.

«Je suis très heureux d’avoir pu me qualifier avec des pneus médiums en Q2, a-t-il convenu. Ça devrait nous aider demain, car les pneus tendres se désagrégeaient très rapidement aujourd’hui. Leur rendement était assez mauvais.»

Verstappen, une victime collatérale

La séance de qualifications a été marquée par le spectaculaire accident impliquant le pilote Haas Kevin Magnussen en fin de Q2. Le Danois est sorti trop large du dernier virage et a fait connaissance avec le mur des champions.

Cet accident a empêché Verstappen, qui le suivait, de compléter un tour qui aurait pu le propulser en Q3. En conséquence, le pilote Red Bull est devenu une victime collatérale de Magnussen.

«Nous avons été très malchanceux avec le drapeau rouge en qualifications, a-t-il écrit sur son compte Twitter officiel quelques minutes plus tard. C’est parfois comme ça. J’aurai donc beaucoup de pain sur la planche demain. Je donnerai tout demain et j’espère pouvoir gagner quelques rangs.»

Pour sa part, Haas a indiqué sur Twitter que Magnussen avait été examiné par les médecins de piste et qu’il avait obtenu le feu vert afin de poursuivre ses activités. Il sera donc en piste pour la course, mais l’équipe a décidé qu’il s’élancera à partir des puits .Alexandre Geoffrion-McInnis, La Presse canadienne