Le remaniement survient alors que le président de Desjardins, Guy Cormier, a signifié son intention de solliciter un deuxième mandat de quatre ans à la tête de la coopérative.

Fuite de données: Desjardins fait le ménage

Le vol de données massif ayant touché les 4,2 millions de membres particuliers du Mouvement Desjardins a des répercussions à l’interne, puisque la coopérative remanie sa haute direction en montrant la porte au numéro deux du groupe ainsi qu’au responsable des technologies de l’information.

Denis Berthiaume, qui était premier vice-président exécutif et chef de l’exploitation, et Chadi Habib, premier vice-président des technologies de l’information, ne sont déjà plus avec le groupe financier coopératif.

Ces changements ont d’abord été annoncés mardi aux employés par le président et chef de la direction de Desjardins, Guy Cormier, au cours d’une conférence téléphonique à l’interne avant d’être confirmés par voie de communiqué.

Au terme de «vérifications internes» entourant la fuite de renseignements personnels dévoilée en juin dernier, ceux-ci ne semblaient plus bénéficier de la confiance du président, puisque Desjardins a affirmé vouloir aller de l’avant avec un «leadership renouvelé».

«La confiance que j’accorde aux membres de mon comité de direction est essentielle, a fait valoir M. Cormier, par voie de communiqué. Les événements des derniers mois m’amènent à la conclusion qu’il faut apporter des changements dans la composition de la haute direction.»

«Bureau de la sécurité»

Parallèlement au remaniement, le groupe financier coopératif a annoncé la mise sur pied d’un «bureau de la sécurité» visant à coordonner les différentes initiatives en matière de sécurité et de protection des données.

En s’adressant aux employés, M. Cormier n’a pas offert de détails sur les motifs ayant mené au départ des deux hauts dirigeants, se limitant à expliquer que les changements permettraient d’assurer davantage de sécurité à l’interne ainsi qu’à l’externe.

Chez Desjardins, personne n’était disponible pour accorder des entrevues, a indiqué une porte-parole, Chantal Corbeil, ajoutant que l’on ne fournirait pas davantage de commentaires.

Cartes brassées

M. Cormier a décidé de procéder à un jeu de chaises musicales alors qu’il vient de signifier son intention de solliciter un deuxième mandat de quatre ans à la tête de la coopérative. La période de mise en candidature se termine le 13 décembre.

«Desjardins envoie un message très puissant signalant que l’on ne tolérera pas cela une fois de plus, a expliqué le professeur Karl Moore, du département de gestion de l’Université McGill, au cours d’un entretien téléphonique. Il est rare que l’on congédie des personnes qui occupent ce genre de fonction.»

Selon M. Moore, la coopérative n’a pas pris trop de temps avant d’agir, étant donné qu’elle devait faire la lumière sur ce qui s’était passé - ce qui aurait été difficile sans la présence de MM. Berthiaume et Habib.

Ceux-ci avaient été nommés au comité de haute direction en juin 2016 par M. Cormier, peu de temps après qu’il eut pris le relais de Monique Leroux à la présidence.

M. Berthiaume sera remplacé par Réal Bellemare, qui occupait le poste de premier vice-président exécutif aux finances, trésorerie, administration et chef de la direction financière. Celui-ci assumera également, de façon intérimaire, les fonctions de M. Habib.

En ce qui a trait au poste de M. Bellemare, il a été confié à Alain Leprohon, auparavant vice-président de la direction financière.

Le 21 novembre dernier, lorsqu’il avait révélé que l’ensemble des membres particuliers de la coopérative étaient concernés par le vol de données, M. Cormier avait fait savoir que l’enquête de la Sûreté du Québec se poursuivait. L’employé malveillant à l’origine du vol a été congédié.

Dans le cadre de l’enquête «Portier», la Sûreté du Québec se penche toujours sur ce vol de données. De passage en commission parlementaire le 21 novembre dernier, M. Cormier avait fait savoir que l’enquête se poursuivait.

Parallèlement, Desjardins fait également l’objet d’enquêtes menées par la Commission d’accès à l’information du Québec ainsi que le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada.

+

LE VOL DE DONNÉES CHEZ DESJARDINS EN QUELQUES DATES

  • 20 juin: Desjardins dévoile que les informations personnelles de 2,9 millions de membres ont été transmises illégalement à l’externe après avoir été dérobées par un employé - qui a depuis été congédié.
  • 21 juin: Deux requêtes en autorisation pour des actions collectives alléguant que la coopérative a violé les droits de ses membres en matière de vie privée sont déposées auprès des tribunaux.
  • 8 juillet: La Commission d’accès à l’information du Québec et le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada annoncent des enquêtes pour se pencher sur le vol de données survenu chez Desjardins.
  • 15 juillet: Desjardins élargit les mesures de protection entourant le vol d’identité afin de les offrir à ses 4,2 millions de membres particuliers et 300 000 membres entreprises.
  • 1er novembre: On annonce que tous les membres particuliers - 4,2 millions de personnes - sont touchés par la fuite de données. Environ 173 000 des 350 000 entreprises membres sont aussi concernées.
  • 3 décembre: Desjardins annonce les départs de Denis Berthiaume, premier vice-président exécutif et chef de l’exploitation, et de Chadi Habib, premier vice-président des technologies de l’information.