Le 10 août 2016, Marie-Pier Gagné, enceinte de 40 semaines, sortait d’un rendez-vous de suivi de grossesse au CHUL, en compagnie de son conjoint. Elle a traversé la première moitié du boulevard Laurier. Alors qu’elle attendait sur le terre-plein central Marie-Pier Gagné a été fauchée par la voiture conduite par Jonathan Falardeau-Laroche, un jeune homme en proie à une crise d’épilepsie.

Femme enceinte fauchée devant le CHUL: requête en arrêt des procédures du conducteur épileptique

Le jeune conducteur épileptique accusé de négligence criminelle causant la mort d’une femme enceinte devant le CHUL tentera d’obtenir l’arrêt des procédures parce que le médecin qui lui aurait interdit de conduire n’a conservé aucune trace écrite de la consultation.

Jonathan Falardeau-Laroche, 24 ans, subira son procès durant deux semaines devant un juge seul à la fin mai 2019 pour répondre des accusations d’avoir, par négligence criminelle, causé la mort de Marie-Pier Gagné, 27 ans, ainsi que des lésions à sa petite fille née après l’accident et à une autre automobiliste.

Le 10 août 2016, Marie-Pier Gagné, enceinte de 40 semaines, sortait d’un rendez-vous de suivi de grossesse au CHUL, en compagnie de son conjoint. 

Elle a traversé la première moitié du boulevard Laurier. Alors qu’elle attendait sur le terre-plein central Marie-Pier Gagné a été fauchée par la voiture conduite par Jonathan Falardeau-Laroche, un jeune homme en proie à une crise d’épilepsie.

Plusieurs témoins ont vu le corps de la jeune femme projeté dans les airs. Des urgentologues du CHUL se sont portés au secours de Marie-Pier Gagné, décédée quelques minutes plus tard. Les médecins ont pu faire naître la petite Alexe, qui a subi des blessures nécessitant son transport dans un centre hospitalier spécialisé de la région de Montréal. 

L’accusé Jonathan Falardeau-Laroche sortait lui aussi ce matin-là d’un rendez-vous avec le neurologue pédiatrique Dr Michel Sylvain, qui le suivait depuis quelques années pour des crises d’épilepsie.

La consultation visait à référer le jeune homme, maintenant majeur, à un neurologue pour adulte.

Le Dr Michel Sylvain affirme qu’au cours de la consultation, il a avisé Jonathan Falardeau-Laroche qu’il ne devait plus conduire d’automobile. À ce moment, le jeune homme ne faisait l’objet d’aucune interdiction de conduire, administrative ni légale.

Jonathan Falardeau-Laroche nie cet ordre de son médecin, a indiqué l’avocat de défense Me Simon Roy, lors d’une conférence de gestion qui s’est tenue mardi.

La défense a tenté d’obtenir le rapport écrit de la consultation. Elle s’est fait dire que toutes les notes manuscrites du médecin avaient été détruites et que le rapport verbal ne figurait plus aux archives du système d’enregistrement du CHUL, qui ne conserve les données que pour sept jours.

La défense demandera l’exclusion du témoignage du médecin et un arrêt des procédures en raison des failles dans la divulgation de preuve. «Il nous manque beaucoup d’éléments pour assurer une défense pleine et entière», a affirmé Me Roy.

Deux accidents antérieurs

Le procureur de la Couronne Me Thomas Jacques tentera de mettre en preuve deux accidents de la route causés par Jonathan Falardeau-Laroche avant celui du boulevard Laurier.

Le premier est survenu en novembre 2014 à Lévis. Le second s’est produit en décembre 2015. Dans les deux cas, les policiers ont demandé au jeune conducteur une vérification sur l’aptitude de conduire. Aucune accusation n’a été portée.

La Couronne compte aussi faire témoigner des collègues de travail de Falardeau-Laroche. Ceux-ci lui auraient déjà dit que son épilepsie mettait la sécurité des autres usagers de la route en péril.

Le conjoint de Marie-Pier Gagné viendra expliquer les circonstances du décès de la jeune femme.