L’organisme qui est à la tête du Rockfest de Montebello a officiellement déclaré faillite, vendredi.

Faillite du Rockfest: Martel «ne baissera pas les bras»

L’organisme qui chapeaute le Rockfest de Montebello, Outaouais Rock, n’a pas été en mesure de rétablir sa situation financière et a dû officiellement déclarer faillite, vendredi.

L’annonce est venue en fin d’après-midi, vendredi. Dans un communiqué, Outaouais Rock affirme qu’après « six mois d’intenses recherches pour trouver un acheteur ou des investisseurs », l’organisation n’est « pas en mesure de déposer une proposition aux créanciers de l’événement ».

Le fondateur du Rockfest, Alex Martel, n’a pas tardé à réagir sur sa page Facebook, affirmant que « la fin de cette entité ne signifie pas la mort du festival ». En entrevue avec Le Droit, il a répété cette déclaration, ajoutant qu’il « ne baissera pas les bras ».

« Je vais prendre un peu de repos pendant le temps des fêtes. J’espère qu’avant la fin de janvier, je vais pouvoir partager plus de nouvelles, plus de détails sur la suite des choses », soutient M. Martel.

Déficit de 5 millions $

Rappelons qu’en juin 2018, Outaouais Rock confirmait que la dette accumulée du Rockfest était de plus de 5 millions $. Alex Martel était l’un des investisseurs de l’événement, en compagnie de l’organisation du Piknic Électronik et de l’entreprise de diffusion culturelle La Tribu.

Le 21 juin, les dirigeants du festival ont annoncé avoir déposé un avis d’intention de recourir aux dispositions de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Cette procédure visait à restructurer les activités du festival dans le but de garantir la pérennité de celui-ci. Cette mesure leur donnait six mois pour dresser un plan de restructuration.

« C’est surtout la firme KPMG qui a pris le lead dans ça pour trouver des solutions et sauver l’organisme. Malheureusement, ça n’a pas fonctionné », résume Alex Martel.

Ce dernier se fait pour l’instant avare de commentaires pour la suite des choses. Questionné à savoir s’il détient toujours les droits d’utilisation du nom de marque « Rockfest », M. Martel répond qu’il ne souhaite pas partager cette information pour le moment.

« Il va y avoir plusieurs étapes pour la suite des choses, beaucoup de détails à régler. »

Appuis politiques

Le fondateur du Rockfest soutient avoir reçu un « déluge de messages de soutien » de la part d’amateurs de rock et d’artistes, ainsi que du milieu politique. Notamment, de la part du maire de Montebello, Martin Deschênes.

Le député de Papineau et ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, a également offert son appui à M. Martel. M. Lacombe soutient avoir déjà contacté la ministre du Tourisme à ce sujet.

« Le Rockfest est un événement important dans le comté de Papineau, pour l’Outaouais et pour le Québec. En ce moment, je suis en mode solution », affirme Mathieu Lacombe.

Le ministre régional précise qu’il est « beaucoup trop tôt pour s’avancer sur un éventuel financement » du festival musical. À noter que le ministre du Tourisme a offert de nombreuses subventions au Rockfest au fil des années, notamment 506 000 $ en 2017 et 25 000 $ en 2013 pour éponger une partie des coûts engendrés par l’ajout de deux nouvelles scènes.