L’habitude de pointer apparait dès 9 à 14 mois.

D’où vient l’habitude de pointer du doigt?

Quand vous montrez quelque chose du doigt, est-ce que votre index pointe directement vers l’objet en question ? Il y a de bonnes chances que non, que votre index pointe à côté de la «cible», et ce n’est pas simplement parce que vous manquez de «visou». Ce serait plutôt parce que vous avez pris cette habitude en tentant de toucher des objets quand vous étiez bébé, et non en voulant montrer leur position, d’après une étude parue mercredi dans revue savante Science Advances.

«Dans toutes les cultures humaines qui ont été étudiées, les nourrissons commencent à montrer du doigt vers l’âge de 9 à 14 mois, typiquement. (...Et pourtant) nous ne savons presque rien des origines de ce comportement», écrivent les trois auteurs de l’article, dirigés par la chercheuse en psychologie Cathal O’Madagain, de l’Institut Max Planck, en Allemagne.

Par le passé, des scientifiques ont suggéré plusieurs hypothèses : par exemple, cela pouvait simplement découler du fait que les enfants voient leurs parents montrer des choses du doigt et les imitent. Mais s’il ne s’agissait que d’imitation, soulignent M. O’Madagain et ses collègues, de grandes différences entre les cultures auraient forcément fini par apparaître. Or ce n’est pas le cas : toutes les cultures pointent à peu près à l’identique.

D’autres ont avancé que cela pouvait provenir de l’habitude qu’ont les bébés d’étirer le bras pour attraper quelque chose. Mais les différences entre prendre et pointer — main ouverte dans un cas et fermée (hormis l’index) dans l’autre, intention d’informer absente dans un cas et présente dans l’autre, etc. — sont trop importantes pour que l’un mène à l’autre, estiment les auteurs de l’étude de Science Advances.

Habitude de toucher

Eux croient plutôt que ce comportement vient de l’habitude de toucher, souvent avec l’index, qu’ont les bébés. Pour le savoir, ils ont fait trois expériences. Dans l’une d’elle, 55 personnes d’âges différents (18 mois, 3 ans, 6 ans et adultes) ont été filmées en train de pointer une série d’objets à 1,5 mètre d’elles. En analysant ensuite la direction que montrait l’index sur des images arrêtées, le trio d’auteurs a réalisé qu’elle n’était pas particulièrement juste : même chez les adultes, elle s’écartait typiquement de 10 à 20 degrés de la «cible». C’était plutôt l’axe entre l’œil et le bout de l’index qui pointait le plus précisément vers l’objet, ne s’en écartant que de 1 à 10 degrés.

C’est là, selon M. O’Madagain et ses collègues, un indice montrant clairement que c’est le fait de toucher qui mène à pointer.

Les auteurs ont fait deux autres expériences (l’une sur l’angle du poignet selon l’emplacement d’une cible à pointer sur une boîte, et l’autre sur l’interprétation d’image montrant une personne qui pouvait être en train de montrer ou sur le point de toucher des objets), qui ont corroboré l’hypothèse du toucher.

Le passage du toucher au pointage viendrait de la «ritualisation» du geste, un peu comme l’habitude de lever les mains chez les enfants humains et primates.

«Un nourrisson va commencer par lever ses mains pour tenter de grimper, littéralement, à sa mère. Le voyant faire, la mère va le prendre au lieu de le laisser grimper tout seul. L’enfant finit par réaliser qu’il n’a qu’à lever les bras pour que sa mère le prenne, et le comportement de lever les mains est acquis», écrivent-ils. Le même genre de «ritualisation» pourrait expliquer que le toucher mène au pointage.