Selon l’entreprise, le déversement se serait produit vers 19h lorsqu’un camion-citerne est entré en contact avec un pilier de ciment.
Selon l’entreprise, le déversement se serait produit vers 19h lorsqu’un camion-citerne est entré en contact avec un pilier de ciment.

Déversement à l’aéroport Montréal-Trudeau durant la grève chez Swissport

MONTRÉAL — Un déversement de carburant s’est produit sur le tarmac de l’aéroport international Montréal-Trudeau, vendredi soir, a confirmé Swissport Canada dont les travailleurs affectés à l’avitaillement des avions sont en grève depuis mardi.

Selon l’entreprise, l’accident se serait produit vers 19h lorsqu’un camion-citerne est entré en contact avec un pilier de ciment.

L’engin était opéré par un cadre responsable de l’entretien des véhicules «qui manipule ce genre d’équipement sur une base régulière», a tenu à préciser Swissport.

Une quarantaine de litres de carburant ont été déversés, selon l’entreprise et l’équipe d’intervention de l’aéroport. Tous deux qualifient le déversement de «mineur».

Les pompiers de l’aéroport sont intervenus en appliquant un absorbant, a indiqué Frédérique Laquerre, une porte-parole d’Aéroports de Montréal.

L’incident a causé du retard à l’horaire de deux avions.

Dans une déclaration transmise par une firme de relations publiques, Swissport écrit que «le processus normal entourant un déversement a été suivi par les employés de l’aéroport».

Questionnée pour savoir si des gens ont été incommodés par le déversement, une porte-parole s’est limitée à répondre que ça n’a été le cas de «personne» chez Swissport.

Urgences-Santé a néanmoins indiqué avoir reçu un appel pour une «intoxication quelconque». Une personne a été évaluée par les ambulanciers et elle a refusé d’être transportée à l’hôpital.

L’incident est survenu trois jours après le déclenchement d’une grève des travailleurs de Swissport aux aéroports Montréal-Trudeau et Mirabel.

L’employeur assure que ses services sont maintenus sans délai et sans problème, malgré la grève. Comme le transport aérien est de compétence fédérale, il est soumis au Code canadien du travail, qui ne prévoit pas de dispositions anti-briseurs de grève, contrairement au Code du travail du Québec.

Les syndiqués concernés sont ravitailleurs d’avions, mais aussi mécaniciens, répartiteurs et travailleurs d’entretien d’installations de stockage de carburant.

Plusieurs points sont en litige, notamment la rémunération, la sécurité au travail, le taux de roulement du personnel.