Les policiers ont illuminé le coeur du petit Jordan qui rêve de revêtir un jour l’uniforme comme eux.
Les policiers ont illuminé le coeur du petit Jordan qui rêve de revêtir un jour l’uniforme comme eux.

Des policiers illuminent le coeur du petit Jordan

Des policiers du Service de police de Saguenay ont réservé toute une surprise à un jeune garçon de cinq ans qui rêve d’être policier, alors qu’ils ont paradé devant chez lui, samedi. Le petit Jordan, qui est confiné en raison de son état de santé depuis le début de la crise entourant la COVID-19, a également pu visiter l’intérieur d’une voiture de police et voir les équipements de plus près.

C’est le grand-père de Jordan, Carol Gauthier, qui a tout bonnement discuté de l’histoire de son petit-fils avec un de ses anciens élèves du secondaire, aujourd’hui policier, Nicolas Lavoie. L’histoire de Jordan a touché l’agent Lavoie qui a eu l’idée d’illuminer le cœur du garçon.

« Quand il m’a raconté l’histoire de son petit-fils, ça m’a beaucoup touché. Il m’a ensuite recontacté pour savoir si je pouvais aller voir le garçon parce qu’il aimait beaucoup tout ce quoi touche à la police. Je trouvais qu’avec tout ce qu’il avait traversé, ça méritait plus qu’une simple visite. C’était très touchant à voir », a raconté Nicolas Lavoie.

Quand il a fait la proposition à ses collègues, tout le monde a répondu présent. « Quand j’ai demandé aux autres s’ils voulaient participer, tout le monde avait le goût de participer. Quand tu entends l’histoire du petit Jordan, tout le monde veut faire quelque chose pour le soutenir », a expliqué l’agent Lavoie.

Nicolas Lavoie est le policier qui a eu l’idée de faire une surprise au jeune garçon.

De son côté, la famille a grandement apprécié le geste du policier. « Nous ne nous attendions pas à ceci. Merci à ces agents formidables. Comment faire rêver mon garçon ? Il croyait qu’ils allaient voir tous les garçons qui désirent devenir policiers. J’espère qu’il poursuivra son rêve et deviendra un agent de la paix comme eux », a commenté sa mère, Cynthia Gauthier, en publiant une série de photos et vidéos de la scène.

Une histoire touchante

C’est le 1er décembre 2019 que le petit Jordan s’est étouffé avec un bonbon. Il a ensuite traversé des mois difficiles pour s’en sortir. Durant 40 jours, du 16 décembre au 25 janvier, le jeune garçon respirait avec l’aide de l’oxygénation par membrane extracorporelle (ECMO), une technique offrant une assistance à la fois cardiaque et respiratoire à des patients dont le cœur et/ou les poumons ne sont pas capables d’assurer un échange gazeux compatible avec la vie.

Le 27 janvier, il devait s’envoler pour Toronto afin d’être évalué en vue d’une greffe pulmonaire, mais est finalement resté au Québec avec une assistance respiratoire pour plusieurs semaines. « Notre bonheur est tellement grand. Il poursuit toujours son combat comme un champion. Nous en sommes très fiers. Il communique avec nous depuis une dizaine de jours étant donné que sa sédation est à la baisse. Il fait ses exercices et se mobilise tranquillement. La rééducation est en cours », avait alors publié sa mère sur Facebook.

C’est le 13 mars qu’il a pu commencer la médication buccale, alors qu’on lui a retiré une trachéotomie qu’il avait depuis le 5 février. La famille devait maintenant se préparer à retourner en isolement à la maison, afin de protéger le jeune garçon contre la pandémie. C’est finalement le 18 mars qu’il est sorti du Centre hospitalier universitaire de Laval.

Le petit Jordan, 5 ans, s’est étouffé avec un bonbon en décembre 2019 et depuis, lutte pour rester en vie.

« Après 107 jours passés aux soins intensifs pédiatriques du Centre mère-enfant Soleil, notre champion retourne à la maison. Un besoin d’oxygène et un gavage sont nécessaires, mais nous poursuivrons le chemin de la guérison en famille enfin réunie. Aujourd’hui, nous avons quitté notre famille d’adoption le cœur chargé en émotions. Malheureusement, le mot merci est beaucoup trop simple pour exprimer notre reconnaissance envers cette équipe formidable qui a prodigué les soins les plus compétents à notre garçon. Ils ont cru en lui à chaque instant. Ils ont donné leur temps, mais aussi leur amour à Jordan », soulignait sa mère le 18 mars.

Depuis, la famille évitait presque tout contact avec l’extérieur par crainte de la COVID-19. « Nous sommes concernés par ce virus. Jordan a survécu à l’influenza, mais il a dû traverser beaucoup pour y arriver. La COVID ne pardonne pas. Elle provoque exactement le même scénario cauchemardesque que nous venons de traverser. Ils n’auront pas assez de respirateurs pour tous et encore moins un ECMO respiratoire. Rappelez-vous que ce n’est pas pour vous, mais pour des personnes comme Jordan qui sont excessivement à risque de mort s’il la contracte. Aidez-nous à protéger les personnes à risque et restez chez vous. On est capable de rester dans nos maisons et nos cours pour un temps. Appelez ceux que vous aimez, au lieu de leur rendre visite. Vous leur sauverez peut-être la vie de cette façon », publiait Mme Gauthier en pleine période de confinement.