L’an dernier, moins de 10 écoles offraient un programme de sport électronique. Cette année, on en compte plus de 30 tous niveaux confondus, selon la Fédération québécoise des sports électroniques (FQSE) qui s’attend à ce que ce nombre double au cours de la prochaine année.

Des compétitions scolaires de sport électronique?

EXCLUSIF / Le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) songe à se lancer dans l’encadrement de compétitions interscolaires de sport électronique, ou eSports, a appris Le Soleil.

«Il y a un intérêt du Réseau à explorer la situation considérant qu’il y a des demandes qui sont faites par des établissements à savoir si le Réseau du sport étudiant pourrait prendre le relais», déclare Gustave Roel, président-directeur général du RSEQ en entrevue au Soleil

C’est que plusieurs établissements qui offrent des programmes ou des activités de sport électronique réclament une structure qui faciliterait l’organisation de compétitions interscolaires de jeux vidéo, comme le RSEQ le fait pour les sports «traditionnels».

Ainsi, une démarche de consultation auprès des partenaires scolaires du Réseau a été entreprise au cours des dernières semaines pour mesurer l’intérêt des établissements d’enseignement face à une implication du sport étudiant dans cette discipline.

Cela dit, les résultats se sont avérés peu concluants. Les responsables sportifs sondés ne s’occupent pas tous des activités liées au sport électronique dans leur établissement. La majorité d’entre eux n’étaient donc pas en mesure de se positionner clairement sur la question.

Devant cette situation, le conseil d’administration a décidé d’étendre la consultation aux directions des écoles secondaires publiques et privées, ainsi qu’aux directeurs des services aux étudiants du collégial et des universités. Ce sont eux qui chapeautent le plus souvent les eSports, a révélé le questionnaire. «On va à un autre niveau», dit M. Roel.

Le pdg explique qu’il n’y a pas urgence d’agir pour le RSEQ, puisque «ça reste que c’est quand même très embryonnaire comme démarche». Il ajoute que pour le moment, «c’est pas non, mais on n’a pas assez d’éléments concrets pour être capable de voir s’il y a une demande» réelle.

D’ailleurs, ce deuxième sondage ne sera pas distribué avant le retour du congé des Fêtes. Gustave Roel espère que cette nouvelle démarche permettra finalement de voir si le RSEQ va de l’avant ou non.

Valeurs communes

Bien qu’il ne veuille pas être celui qui détermine si le sport électronique est vraiment du sport, le président-directeur général assure voir plusieurs similitudes entre les deux et un potentiel d’intérêt à offrir une plateforme.

Il affirme aussi que les valeurs qui sont véhiculées par le sport électronique «sont les mêmes que nous véhiculons». Toutefois, il est conscient que la population ne voit pas généralement ce lien.

«Quand on parle de eSports, on parle beaucoup de jeux électroniques, mais on oublie tout l’autre volet de santé et sport qui est donné à ces jeunes-là», poursuit M. Roel qui n’ose pas parler d’«étudiants-athlètes».

«Souvent, on pense qu’ils ne font que du jeu vidéo, alors que les programmes — je pense à celui du Cégep de Chicoutimi — donnent un service de nutrition et de préparation physique. Donc, il y a des éléments sur lesquels on est capable de se rattacher. 

«Au secteur scolaire, on a des instances régionales qui ont des ligues d’improvisation, des ligues d’échec, et la question s’est posée à l’époque. Dans le fond, c’est qu’on fait la gestion de compétitions qui sont sur la formule sportive. La matière peut être différente. L’improvisation s’est développée en calquant tout ce qui se faisait au niveau du hockey. Il y a des liens possibles», explique le pdg du RSEQ. À l’heure actuelle, le ministère de l’Éducation ne reconnaît pas le sport électronique comme du sport.

L’an dernier, moins de 10 écoles offraient un programme de sport électronique. Cette année, on en compte plus de 30 tous niveaux confondus, selon la Fédération québécoise des sports électroniques (FQSE) qui s’attend à ce que ce nombre double au cours de la prochaine année.

En 2017, le Cégep de Matane est devenu le premier cégep francophone à offrir un tel programme d’études.

Types de jeux

Advenant le cas où le Réseau du sport étudiant allait de l’avant avec son implication dans le sport électronique, il est encore trop tôt pour dire si des catégories de jeux seraient privilégiées.

Actuellement, les jeux comme League of Legends et Overwatch, axés sur le combat et la stratégie, sont les principales plateformes sur lesquelles s’exercent les étudiants.

Gustave Roel croit qu’il ne faut pas «dénaturaliser» la discipline. Selon lui, tout passe par la prévention, citant en exemple le cas du football où les joueurs sont amenés à se frapper.

«Je pense que si on embarque dans un processus en lien avec les eSports, il faut être respectueux de la discipline comme telle et, présentement, vous avez autant des jeux qui sont sportifs que d’autres qui peuvent être violents», dit celui qui est en poste depuis cinq ans au RSEQ. 

«Si on embarque comme Réseau du sport étudiant, vous pouvez être assuré qu’il va y avoir un encadrement qui va être fait par rapport à ça, c’est-à-dire un accompagnement avant, pendant et après», poursuit-il avant d’ajouter que le type de jeux n’est pas un frein à la démarche en cours.

«On a toujours le choix de dire : on laisse ces jeunes-là jouer à des jeux violents tout seul à la maison sans faire une intervention […] ou de les inclure à partir de l’école et leur donner un encadrement spécifique et éviter l’isolement qu’on a à la maison», résume-t-il.

Le Réseau du sport étudiant du Québec est présent dans 14 régions de la province et s’implique dans 21 sports.