Vijay Kumar, doyen de l’école d’ingénieur et de sciences appliquées de l’Université de Pennsylvanie, est l’un des principaux invités à la Conférence internationale sur la robotique et l’automatisation 2019 de Montréal.

Des colonies de robots volants en mission pour vaincre des menaces terroristes

MONTRÉAL — Imaginez que des terroristes prennent en otage des civils dans un édifice du centre-ville de Montréal. Les autorités envoient alors des centaines de petits robots intelligents qui volent en essaim, comme des abeilles. Ces robots aident les otages à fuir les lieux et les policiers à arrêter les terroristes. Un atelier qui fera état de situations semblables sera présenté mardi à la plus grande conférence de robotique au monde, qui se tient au Palais des congrès de Montréal cette semaine.

Vijay Kumar, doyen de l’école d’ingénieur et de sciences appliquées de l’Université de Pennsylvanie, a raconté cette situation fictive à La Presse canadienne, afin d’illustrer comment pourront être utilisés les robots qu’il a conçus avec son équipe de recherche.

Dans son scénario hypothétique, les autorités répondent à une menace terroriste en déployant des centaines de petits «quadrirotors» de la grosseur de la paume d’une main.

Ces robots volants se dispersent en différentes équipes. Un groupe pénètre à l’intérieur de l’édifice pour repérer et surveiller les terroristes, tout en communiquant les images et les différentes données aux autres robots ainsi qu’aux policiers qui sont à l’extérieur.

Un autre groupe de robots identifie et surveille les otages ainsi que les différents accès du bâtiment afin d’aider les policiers à développer une stratégie pour les libérer. Pendant ce temps, d’autres robots transmettent aux policiers, en temps réel, des données concernant la circulation routière autour du bâtiment. Des robots volants pourront ensuite poursuivre les terroristes s’ils prennent la fuite en véhicule.

Selon Vijay Kumar, l’un des principaux invités à la Conférence internationale sur la robotique et l’automatisation (ICRA 2019) de Montréal, cette technologie sera prête à être déployée dans des situations réelles d’ici un an ou deux, et elle intéresse plusieurs villes américaines.

Clément Gosselin, professeur à la Faculté de sciences et génie de l’Université Laval, fait partie de l’équipe qui organise l’ICRA 2019. Selon lui, les robots volants intelligents comme ceux développés par Vijay Kumar pourront aussi permettre aux équipes de premiers répondants d’être beaucoup plus efficaces lors de désastres naturels ou dans les situations de recherche et de sauvetage.

«Lorsqu’on fait une battue en forêt pour retrouver quelqu’un, on tente de maximiser la couverture, de façon à couvrir le plus de place, le plus rapidement possible, a expliqué M. Gosselin. Alors si on envoie une flotte de petits drones intelligents, ça augmente l’efficacité.»

Les robots développés par Vijay Kumar se déplacent de façon autonome grâce à un système d’algorithme et peuvent aller dans des endroits ou le signal GPS est faible ou inexistant. Comme ils sont légers (250 grammes) et petits, ils peuvent accéder à des espaces géographiques restreints, lors de sauvetage dans une grotte par exemple.

À la Conférence internationale sur la robotique et l’automatisation au Palais des congrès, il sera question des petits robots volants de Vijay Kumar, mais aussi de plusieurs autres avancées technologiques.

Des représentants du milieu universitaire et des industries de plus de 71 pays y présentent, jusqu’à vendredi, leurs dernières innovations en matière de robotique.