Nombreux ont été les citoyens de Shannon à venir déposer des peluches devant la maison de la fillette décédée.  
Nombreux ont été les citoyens de Shannon à venir déposer des peluches devant la maison de la fillette décédée.  

Décès de Léa Fiset: l’angoisse fait place au deuil [PHOTOS]

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
L’angoisse a fait place au deuil à Shannon, après la mort de la petite Léa Fiset, 4 ans, dans la piscine de son voisin. Nombreux ont été les citoyens de la municipalité à venir déposer des peluches devant la maison de la fillette, en soutien à la famille de la rue Donaldson.  

La rue Donaldson était triste, lundi matin. Pas comme à son habitude, ont raconté des résidents au Soleil. Même si plusieurs d’entre eux ne connaissaient pas personnellement la fillette et ses proches, tous semblaient touchés par le drame. Une terrible conclusion avec une angoissante soirée de recherche de la petite portée disparue en début de soirée dimanche. Elle aura finalement été trouvée inanimée dans la piscine du voisin un peu après minuit. 

«On ne connaît pas la famille, mais ça ne nous laisse pas indifférents», mentionnait une maman venue se recueillir près de la maison de la fillette. La famille endeuillée qui, selon des voisins, compte six enfants, aurait emménagé dans le quartier l’année dernière.  

Tour à tour, des parents du quartier, accompagnés de leurs enfants, sont venus témoigner de leur soutien envers la famille de Léa Fiset. Les grosses pierres devant la maison ont été décorées tout au long de la journée avec des peluches, des dessins d’enfants et des mots de sympathie.   

«Repose en paix ma belle Léa. Tu peux maintenant jouer à la cachette autant que tu veux, mais garde un œil sur tes parents qui t’aiment tant», affichait l’un des messages écrits pour la famille.   

Une autre mère qui habite tout près est quant à elle venue déposer une chandelle pour lui rendre hommage. Elle connaît la famille, son fils s’amuse souvent avec l’un des frères de Léa. «J’ai vraiment été frappé par la nouvelle», laisse-t-elle tomber, la voix tordue par l’émotion.   

Léa Fiset

Le maire de la Ville de Shannon, Mike-James Noonan, s’est dit «attristé» par le dénouement des recherches. «Toutes nos pensées sont avec la famille à qui nous transmettons nos plus sincères condoléances», a-t-il partagé sur la page Facebook de l'administration municipale.  

Accident  

Une vaste opération policière s'est déroulée toute la soirée dimanche, à proximité de la rue Donaldson, à Shannon, pour tenter de localiser Léa Fiset.   

Après un peu plus de sept heures de recherches, un policier militaire qui participait aux recherches a fait la triste découverte du corps inanimé de la petite fille de 4 ans et demi dans la piscine d’un voisin, non loin de sa résidence.   

Selon ce qu’a appris Le Soleil, un matelas gonflable se trouvait toutefois dans la piscine dans laquelle a été repêché le corps de la fillette. Il se peut que l’objet ait rendu plus difficile la découverte.   

Des manœuvres de réanimation ont été pratiquées, en vain. Le décès de la fillette portée disparue a été constaté à l’hôpital dans la nuit de dimanche à lundi, confirmait au matin la sergente de la Sûreté du Québec Marie-Michèle Moore.  

«À première vue, il ne semble pas y avoir d’élément criminel», a commenté la porte-parole de la Sûreté du Québec Anik Lamirande. La petite Léa aurait échappé à la vigilance de ses parents à l’heure du souper. Les autorités la recherchaient depuis 17h la veille.   

Cachette  

En marge des recherches, la Sûreté du Québec mentionnait que Léa Fiset adorait se cacher dans les environs. Au lendemain de la disparition de la fillette, des résidents de la rue Donaldson abondaient dans le même sens. Selon certains, il était possible d'apercevoir la petite Léa «partir à l’aventure» dans le quartier.   

On demandait ainsi aux résidents de faire le tour de leurs propriétés de vérifier remises et cabanons, où la fillette aurait pu être cachée. Selon une dame demeurant près des lieux du drame, environ 200 citoyens bénévoles se sont mobilisés rapidement pour ratisser les environs.    

LIRE AUSSI :  Shannon: La petite Léa Fiset, 4 ans, retrouvée noyée dans la piscine d'un voisin

«Elle était souvent dehors, toute seule. Je devais faire attention en passant avec mon camion parce qu’elle jouait dans la rue», se souvient Pierre Chassé, un voisin d’en face. Il se rappelle aussi avoir souvent entendu le nom de la fillette, alors que ses parents la cherchaient.   

Il peinait à cacher son émotion en soulignant le caractère «bouleversant» de la tragédie. «Je pense bien sûr à sa famille [de Léa Fiset], mais aussi à la famille qui demeure à côté et où le corps a été retrouvé dans la piscine. C’est une triste journée pour ces gens-là aussi», ajoutait M. Chassé, un enseignant à l’école anglophone de Shannon.   

Un périmètre a été érigé autour de la résidence du voisin où le corps de la petite a été trouvé dans la piscine.  

Des techniciens en scène de crime et des enquêteurs ont passé une partie de la journée de lundi sur les lieux du drame. Une enquête conjointe menée par la Sûreté du Québec et le coroner se poursuit afin de déterminer les circonstances de ce triste événement. 

Nombreux ont été les citoyens de Shannon à venir déposer des peluches devant la maison de la fillette décédée.  

+

GUILBAULT : «D'UNE TRISTESSE INFINIE»

Elle est vice-première ministre du Québec, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, mais c’est d’abord la maman en Geneviève Guilbault qui a réagi au décès de la fillette de Shannon.

«Ma première réaction, [dimanche] soir tard quand on suivait l’évolution des recherches, ç’a été comme maman et comme citoyenne de Québec. Je veux offrir toutes mes condoléances à sa famille, à ses parents, à ses frères et sœurs si elle en a. Je trouve ça d’une tristesse infinie», a commenté Mme Guilbault, lundi, en marge d’une annonce sur le tourisme tenue au Centre des congrès de Québec.

La ministre est mère de deux jeunes enfants, âgés de deux ans et demi et de sept mois.

«Ça rend émotif de voir ces drames-là semaine après semaine. Et ça démontre hors de tout doute à quel point il est important d’être prudent sur les plans d’eau, que ce soit une piscine, une rivière, un lac. Je ne connais pas les circonstances précises de cet incident-là, alors je vais être très réservée dans mes commentaires. Mais je veux offrir toute ma sympathie, toute mon empathie et toutes mes condoléances à sa famille. C’est une douleur extrême qu’ils doivent vivre aujourd’hui.» Olivier Bossé