La campagne de vaccination contre la grippe a débuté, samedi, partout au Québec.

Début de la campagne de vaccination contre la grippe

La campagne de vaccination contre la grippe a débuté, samedi, partout au Québec.

De nombreux sites sont prévus pour l’administration du vaccin dans la région. À Québec, l’Institut universitaire en santé mentale (IUSMQ), l’école secondaire Roger-Comtois, l’hôpital de Sainte-Anne-de-Beaupré, le Cégep Garneau, le centre d’hébergement Christ-Roi et l’Institut de réadaptation en déficience physique (IRDPQ) proposent la vaccination sans rendez-vous. 

Il est également possible se rendre en ligne sur monvaccin.ca pour prendre rendez-vous au Centre sportif de Sainte-Foy à partir de mardi.

Plus de 500 personnes faisaient la file, samedi matin, avant l’ouverture du centre de vaccination de l’IRDPQ. Les responsables y estiment le rythme à environ 300 administrations à l’heure et un délai d’une trentaine de minutes entre l’arrivée et le départ des personnes venues recevoir le produit.

Comme chaque année, le vaccin est gratuit pour les personnes considérées les plus à risque de souffrir des complications de cette infection, ainsi qu’aux personnes ayant de nombreux contacts avec elles.

Il s’agit surtout des personnes âgées de 75 ans et plus, les enfants de 6 mois à 17 ans atteints de certaines maladies chroniques, tout comme les adultes atteints de certaines maladies chroniques ainsi que les femmes enceintes rendues au 2e ou 3e trimestre de leur grossesse.

Le vaccin est aussi recommandé aux résidants des centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) et des ressources intermédiaires.

«Pour les personnes qui ont des maladies chroniques ou qui sont plus âgées, leur système de défense contre les infections est un peu moins bon et le virus de la grippe peut plus facilement donner des complications comme une pneumonie, par exemple, ou des problèmes respiratoires ou cardiaques», explique le docteur Nicholas Brousseau.

Le médecin-conseil à la Direction de la santé publique du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale ajoute que c’est chez cette population que sont concentrés les hospitalisations et les décès liés au virus.

Programme modifié

Le Programme d’immunisation contre l’influenza du Québec (PIIQ) n’est plus nécessairement recommandé aux enfants en bonne santé de 6 à 23 mois et aux personnes âgées de 60 à 74 ans en bonne santé, mais le vaccin est toujours disponible sur demande. «Je pense que c’est une bonne chose, parce qu’on peut clairement dire aux gens vraiment pour qui le vaccin peut faire une différence importante», estime le Dr Brousseau.

Sans affirmer que tout le monde devrait se faire vacciner, le médecin insiste sur la concentration de l’effort qui est mis de l’avant pour vacciner le plus de personnes possible à risque élevé.

Pour les personnes à risque faible de complications liées à la grippe et qui contractent le virus, le Dr Brousseau recommande de rester à la maison, de se reposer et de boire beaucoup d’eau.


Le docteur Nicholas Brousseau

Efficacité

La composition du vaccin contre la grippe est revue chaque année, mais son efficacité est toujours remise en question au sein de la population. Il faut savoir que le vaccin protège seulement contre les souches de virus de la grippe qu’il contient. Il prend généralement deux semaines avant d’être pleinement efficace.

L’an dernier, le vaccin n’était «certainement pas parfait» montrant une efficacité de 38%, «mais c’est quand même dans nos valeurs attendues», assure le Dr Brousseau. «Une des raisons qui peut expliquer ça, c’est que l’année dernière c’est le type de grippe A (H3N2) qui a circulé. C’est souvent un type de grippe qui donne des problèmes plus d’hospitalisation dans la population et où l’efficacité du vaccin est un peu plus faible.»

Il n’est pas possible de prévoir l’efficacité exacte du vaccin pour cette saison, affirme le Dr Brousseau. Pour cela, il faut se référer à la moyenne qui se situe entre 30% et 60%.

Cependant, on peut avoir une idée, puisque la saison de la grippe vient de se terminer en Australie, où le vaccin a montré une efficacité de 68%.  «C’est de bon augure, mais il faut savoir que le virus de la grippe est très imprévisible et il peut changer rapidement et la situation peut être différente au Québec», dit le médecin.

En Australie, c’est la grippe de souche H1N1 qui a circulé, tout comme les premiers cas répertoriés chez nous. «C’est un sous-type de grippe qui donne plus des saisons de grippe modérées.»

Au Canada, on connaitra le taux d’efficacité exacte en février seulement.

Dans son bilan 2017-2018, le ministère de la Santé a recensé 27 914 cas de grippe déclarés, soit 15 559 cas d’influenza A (56 %) et 12 355 cas d’influenza B (44 %).

La grippe est une infection des voies respiratoires qui se transmet très facilement. Au Québec, ce virus circule surtout pendant la saison froide: de la fin de l’automne jusqu’au début du printemps.  Avec La Presse canadienne