En retournant à St. Louis, David Perron a fait un choix gagnant.

David Perron, champion à sa façon

À l’été 2018, David Perron a fait le bon choix. Il a choisi de retourner à Saint-Louis à titre de joueur autonome. Là où sa carrière a commencé, après le repêchage de 2007. Parce qu’il aimait et connaissait la ville. David Perron a mené sa carrière à sa façon, il s’est fait son propre chemin. Il est maintenant champion de la coupe Stanley.

Très impliqué dans le septième et dernier match de la finale mercredi soir à Boston, il a joué le style de hockey qui lui a permis de rester dans la LNH; hargneux, déterminé, et talentueux.

À lire aussi: Les Blues de St. Louis savourent une première Coupe Stanley

Un septième match décevant

Georges Guilbault croit encore aux Blues

Montmagny est Samuel Blais

Son travail derrière le filet des Bruins, où il s’est défait de la couverture défensive avant de remettre devant à Zach Sanford pour le but assommoir, qui portait la marque à 4-0, en est la preuve.

Il complète la finale contre les Bruins avec un but et deux passes.

David Perron devient le premier hockeyeur sherbrookois à remporter la coupe Stanley depuis Mathieu Dandenault, à l’époque des Red Wings de Detroit.

Les frères Stéphane et Jimmy Waite ont gagné la coupe ces dernières années, dans leur rôle d’instructeur des gardiens de but et ils l’ont apporté avec fierté à Sherbrooke. Idem pour le recruteur des Penguins Luc Gauthier.

Ils étaient plusieurs amateurs sherbrookois à regarder le match ultime mercredi soir au resto-bar chez Stanley, sous l’invitation des amis de Perron, sous l’égide de la Fondation David-Perron.

Son bon ami Samuel Meunier était sans voix après le match. David et lui ont longtemps joué ensemble au hockey. Fréquenté les mêmes écoles primaire et secondaire. Sam donne un coup de pouce pour la Fondation.

« Dave aurait pu choisir d’aller ailleurs, mais il aimait la durée du contrat, et surtout, la ville. Ce fut un choix facile pour lui. Un très bon choix! »

Avec les Blues en avance 2-0 au départ de la troisième période, le match était loin d’être joué.

L’arrêt spectaculaire de Jordan Binnington à l’endroit de Joakin Nordstrom, fin seul devant lui, avec 11 minutes à faire au match, à non seulement fait bondir les amateurs des Blues réunis au Stanley, mais concrétisé en quelque sorte la victoire de Saint-Louis, un premier sacre en 52 ans.

Le but de Brayden Schenn puis celui de Sanford, ont concrétisé la victoire des Blues. Une victoire historique.

Il n’y a pas si longtemps, quelques années déjà, je rencontrais David Perron chez ses parents. Il était encore sous le choc d’une commotion cérébrale, à la suite d’un coup de Joe Thornton.

Notre photographe Frédéric Côté prenait des photos, et David lui disait de faire attention avec le flash. Il était encore sensible, pas tout à fait remis. Sa condition physique n’était pas au top.

Il aura raté plusieurs mois d’activités, à cause de cette commotion.

Outre les blessures, il aura joué pour plusieurs équipes, dont ce troisième périple à Saint-Louis.

À 30 ans, avec un enfant, il avait choisi de retourner à Saint-Louis, après son passage dans le désert du Nevada.

Un choix de cœur. Un choix payant.

Un choix historique. Rappelez-vous, les Blues étaient dans la cave de la LNH, aux Fêtes.

Quelques mois plus tard, ils sont champions de la coupe Stanley.

David Perron, lui? Il est passé du midget B au junior AAA, à la LHJMQ, avant de faire le saut à 18 ans dans la LNH.

Quelque 779 matchs de saison régulière, et 82 matchs éliminatoires plus tard, il est champion de la coupe Stanley, après avoir joué plus de 18 minutes lors du plus important math de l’année pour son équipe.

Il a gagné son pari.

À sa façon.