Harvey n’a même pas franchi la première ronde de qualification individuelle, achevant le court parcours de 1,5 km en 2 min 29,59 s.

Coupe du monde: Harvey se contente du 37e rang

Alex Harvey était convaincu qu’il ferait une bonne course. Ces derniers jours à l’entraînement, ses jambes lui prédisaient un gros résultat pour la fin de semaine à Davos. Mais le Québécois s’est trop emballé, samedi, et a dû se contenter du 37e rang au sprint.

Son pire résultat jusqu’ici cette saison en sept épreuves de Coupe du monde. C’est dire que les sensations à l’entraînement ne se traduisent pas toujours en résultats concrets en course. Même pour un athlète d’élite expérimenté comme Harvey qui, à 30 ans, en est sa 11e campagne sur le circuit mondial de ski de fond.

«Je me sentais très bien à l’entraînement cette semaine, alors que dans les semaines précédentes, même si j’avais eu de bons résultats dont un podium, je n’avais pas de super sensations. Alors là, j’étais peut-être trop excité dans le portillon de départ. Je me suis trop emporté et techniquement, je n’ai pas bien skié. Je n’ai pas skié mon style à moi», a expliqué Harvey, joint dans l’est de la Suisse.

Harvey n’a même pas franchi la première ronde de qualification individuelle, achevant le court parcours de 1,5 km en 2 min 29,59 s. À 0,59 seconde de la 30e et dernière entrée pour les rondes éliminatoires.

Sur 95 concurrents, 12 ont terminé dans la même seconde en qualification, soit entre 2:29 et 2:30. Un seul a poursuivi son chemin en quarts de finale.

La finale a été remportée par le Norvégien Johannes Hoesflot Klaebo, champion olympique en titre du sprint et triple médaillé d’or à PyeongChang. Il s’agit d’une première victoire cette saison pour le jeune phénomène de 22 ans, qui avait inscrit le meilleur temps en qualification, 2:22,39.

«Il y a toujours des leçons à tirer dans les bonnes et les moins bonnes journées», philosophe Harvey. «Aujourd’hui, j’ai juste vraiment mal exécuté.»

La fierté de Saint-Ferréol-les-Neiges ajoute qu’un tracé raccourci environ aux deux tiers des autres distances sprint durant le calendrier n’avait en plus rien pour le favoriser. L’avantage était du côté des purs sprinteurs, comme les Français, qui ont pris les troisième (Baptiste Gros), quatrième (Lucas Chavanat) et huitième (Renaud Jay) rangs.

«Mais je m’en voulais quand même, parce que vendredi, je me suis entraîné avec les Américains et j’étais pas mal devant Simeon Hamilton, qui a atteint les demi-finales» samedi et a fini 12e.

Dimanche, place à une épreuve de 15 km en style libre, toujours à Davos.