Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les boissons au cannabidiol Quatreau 
Les boissons au cannabidiol Quatreau 

Cointreau poursuit Canopy Growth pour ses boissons au cannabis Quatreau

La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
La société derrière la liqueur à l'orange Cointreau poursuit Canopy Growth pour violation de marque de commerce à cause de la marque de boissons au cannabidiol Quatreau du producteur de cannabis.

 Dans une plainte et une demande de jury déposées vendredi devant une cour de New York, Cointreau a indiqué qu'elle estimait que Canopy, établie à Smiths Falls, en Ontario, utilisait le nom de Quatreau en raison de sa ressemblance avec celui de sa société, fondée en 1849.

«Les défendeurs ont adopté Quatreau en demandant aux consommateurs de le prononcer "kwatro", pour une gamme d'eaux et de sodas infusés au cannabis, afin de capitaliser injustement sur la valeur et la réputation de la marque Cointreau», a affirmé Cointreau.

Canopy a refusé de commenter au sujet de la poursuite et Cointreau n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Dans ses documents judiciaires, Cointreau a cependant précisé qu'elle envisageait d'introduire des eaux et des sodas sur le marché américain, mais qu'elle craignait que ses marques ne soient confondues avec celles de Canopy, car elles se terminent toutes les deux par «treau» et leur prononciation n'a qu'une seule lettre de différenciation, le «n».

Cointreau a indiqué avoir recueilli des preuves démontrant que Canopy avait l'intention d'ajouter du tétrahydrocannabinol — le principal composant psychoactif du cannabis — si et lorsque la vente de produits contenant du THC cessera d'être illégale en vertu de la loi fédérale.

Parce que les boissons infusées au THC sont «enivrantes et souvent consommées pour leurs effets, tout comme les boissons alcoolisées», Cointreau pense qu'une confusion encore plus grande pourrait éventuellement survenir.

«La marque Quatreau est tellement indiscernable, au niveau auditif, de la marque Cointreau qu'elle entraînera de la confusion sur le marché», a affirmé Cointreau dans les documents déposés devant le tribunal.

«Cela est particulièrement vrai lorsqu'un client mentionne le(s) nom(s) […] à un barman ou un serveur dans un restaurant, un bar ou un salon.»

Cointreau demande une injonction permanente pour empêcher Canopy de porter atteinte à ses marques de commerce et veut recueillir les profits que Canopy aurait pu réaliser sur les produits affichant les marques de commerce prétendument contrefaites. Il demande aussi que le producteur de cannabis rembourse ses frais et honoraires d'avocat.

Les boissons Quatreau, qui étaient les premières boissons au cannabidiol de Canopy à traverser la frontière, sont disponibles depuis mars pour les clients américains, qui pouvaient déjà se procurer les produits Martha Stewart, BioSteel et This Works du producteur de cannabis.

Les boissons Quatreau de Canopy sont vendues au Canada depuis l'automne. Elles contiennent 20 milligrammes de cannabidiol et se déclinent en saveurs de gingembre et citron vert, de concombre et menthe, de bleuet et açai, et de fruit de la passion et goyave.

Cointreau est vendu aux États-Unis depuis 1885, mais ses produits remontent à 1849, lorsque Adolphe et Édouard-Jean Cointreau ont fondé une distillerie à Angers, en France, pour créer des spiritueux à base de fruits locaux.

Édouard Cointreau, fils d'Édouard-Jean, distille un alcool à partir d'écorces d'oranges douces et amères en 1875 et les premières bouteilles sont commercialisées cette année-là.

Cointreau affirme vendre 12 millions de bouteilles par année dans le monde, dont 4,13 millions aux États-Unis, qu'il considère comme l'un de ses premiers marchés d'exportation.