Cocaïne : la police démantèle un réseau relié aux Hells

Près d’une école primaire, dans une rue menant au centre-ville de Sherbrooke, voisin du repère des Hells Angels sur la rue Wellington Sud, ces lieux de perquisition font partie de la dizaine d’endroits visités jeudi par les autorités policières afin de démanteler un réseau de trafiquants de cocaïne.

Neuf individus impliqués dans cette affaire ont comparu, jeudi, devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec.

L’occupant du 1449 de la rue Wellington Sud, Rock-Dany Saint-Cyr-Dubreuil est l’un ce ceux contre qui pèsent le plus d’accusations.

L’homme de 29 ans est accusé de recel d’argent, de bris de conditions et de bris de probation. Aucune accusation liée au trafic de stupéfiants n’est portée contre lui.

Danielle Casaubon, François Forgues, Louise Landreville, Othman At-Tayeb, Shawn Sainte-Croix, Maxime L’Heureux-Breton, Danny Melasco et Vincent Larkin ont été accusés pour leur part de divers chefs reliés au trafic de stupéfiants.

Selon le bilan provisoire de l’opération Pureté, quelque 30 000 $ en argent, cinq véhicules, environ 180 grammes de cocaïne, 30 grammes de crack, près de 1000 pilules de méthamphétamine ainsi que des armes prohibées ont été saisis sur les lieux des perquisitions.

« Il est trop tôt pour faire un bilan complet », mentionne le porte-parole de l’ERM-Estrie, le sergent Claude Denis.

L’Escouade régionale mixte de l’Estrie (ERM-Estrie) crime organisé a mené cette série de perquisitions visant ce réseau relié aux Hells Angels.

La procureure aux poursuites criminelles Me Émilie Baril-Côté s’est opposée à la remise en liberté de tous les accusés.

Les avocats de la défense, dont Me Christian Raymond, Me Jean-Marc Bénard, Me Alexandre Fleurent et Me Marc-André Champagne de l’aide juridique, ont reporté les dossiers de leurs clients à vendredi.

Lieux de l'opération sur la rue McGregor.

Vaste opération

Une centaine de policiers de l’Escouade régionale mixte de l’Estrie en collaboration avec le Service de police de Sherbrooke ont frappé notamment sur les rues Wellington Sud, McGregor, Ball et Larocque à Sherbrooke.

La Division des enquêtes et de la coordination sur le crime organisé et de la Division des enquêtes sur les crimes majeurs de l’Estrie, de la Montérégie et de la Mauricie ainsi que la Division des enquêtes MRC de l’Estrie ont participé à cette frappe policière.

« Les sujets visés sont des personnes qui occupent des échelons supérieurs pour l’approvisionnement et la distribution de cocaïne au profit du crime organisé », explique le sergent Claude Denis.

Cette enquête a commencé en mars dernier à la suite d’enquêtes de l’ERM et d’informations du public.

Le projet Pureté est la suite du projet Gaspésie, mené en mai 2018 à Sherbrooke.

Cette opération avait permis l’arrestation de nombreuses personnes, dont Nicolas Bergeron, encore détenu dans cette affaire.

La perquisition sur Wellington Sud.

Une importante quantité de cocaïne avait alors été saisie.

La SQ invite d’ailleurs la population qui détient des informations concernant la vente de stupéfiants à communiquer de façon anonyme à la centrale d’informations criminelles au 1 800 659-4264.

Les policiers ont investi un appartement du 121 de la rue Ball à Sherbrooke.

Projet Ponce

En avril dernier, la SQ avait frappé en Estrie des trafiquants de drogue reliée aux Hells Angels dans le cadre du projet Ponce.

L’ERM-Estrie avait alors démantelé un réseau actif en matière de trafic de cocaïne et de méthamphétamine dans le cadre d’une opération policière déployée dans cinq MRC situées de l’est de Sherbrooke jusqu’à la Beauce.

« Il n’y a pas de lien avec cette dernière opération en Estrie », signale le sergent Denis de la SQ.

Claude Denis