Coca-Cola, PepsiCo et Tim Hortons dans le top 5 des pollueuses plastiques, selon Greenpeace

Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé sont les plus grandes pollueuses plastiques au monde, selon un classement réalisé par Greenpeace. Au Canada, l’organisme environnemental identifie aussi Tim Hortons et McDonald’s dans le top cinq des championnes de la pollution plastique.

Ce classement a été produit à la suite du mouvement Break Free From Plastic, qui a procédé à quelque 239 opérations de nettoyage dans 42 pays au cours de la Journée internationale de nettoyage du 15 septembre dernier.

À l’échelle internationale, 187 000 déchets plastiques ont été répertoriés. Le polystyrène (mousse) et le polyéthylène sont les deux types de plastiques qui ont été le plus ramassés, précise Greenpeace dans un communiqué diffusé mardi.

En Amérique du Nord, 64% des déchets répertoriés avec une marque identifiable appartiennent à Coca-Cola, PepsiCo, et Nestlé. En Amérique du Sud, les déchets des mêmes trois multinationales comptent pour 70% des résultats, révèle l’organisation environnementale.

Outre Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé, Danone, Mondelez International, Procter & Gamble, Unilever, Perfetti van Melle, Mars Incorporated et Colgate-Palmolive figurent dans le top 10 des plus grands pollueuses plastiques au monde, alors que leurs produits, sous diverses marques, ont été répertoriés dans au moins 10 des 42 pays.

«Flot incessant»

Au Canada, 46% des déchets plastiques dont les marques ont pu être identifiées sont attribuables à Nestlé, Tim Hortons, PepsiCo, Coca-Cola et McDonald’s, précise encore Greenpeace. Les emballages de nourriture, suivis des bouteilles en plastique, des tasses, des bouchons en plastique et des sacs d’emplettes en plastique sont les types de produits plastiques qui ont été le plus communément trouvés.

«Les multinationales telles que Nestlé, Tim Hortons, PepsiCo, Coca-Cola et McDonald’s polluent nos plages et nos espaces verts à travers le Canada. De toute évidence, les nettoyages et le recyclage ne peuvent contenir le flot incessant de plastique à usage unique que continuent de produire ces multinationales. La seule façon de freiner la pollution plastique est en incitant les compagnies à éliminer leur production de plastique à usage unique», dit la responsable de la campagne Océans et plastiques à Greenpeace Canada, Sarah King.