Le propriétaire du restaurant Casa Grecque de Granby a commencé cet été à servir lui-même de l’alcool pour «survivre à la pandémie» en touchant des revenus supplémentaires.
Le propriétaire du restaurant Casa Grecque de Granby a commencé cet été à servir lui-même de l’alcool pour «survivre à la pandémie» en touchant des revenus supplémentaires.

Chicane dans la Casa Grecque

Attirer des centaines de clients à la fois avec de bons prix et la possibilité d’apporter son vin : le modèle d’affaires des 31 restaurants Casa Grecque entre en collision frontale avec les restrictions sanitaires qui limitent la fréquentation des restaurants, au point de déclencher une guerre devant la justice entre franchiseur et franchisé.

Un restaurateur de la chaîne a commencé cet été à servir lui-même de l’alcool pour «survivre à la pandémie» en touchant des revenus supplémentaires. Ce faisant, il a déclenché la colère du géant québécois MTY, qui a acheté l’enseigne Casa Grecque en 2018 et veut que ses clients puissent continuer à boire leur propre vin.

Le conflit pourrait se reproduire dans d’autres commerces franchisés où la ligne est mince entre adaptation à la pandémie et trahison des principes fondateurs d’une marque.

Pour Nick Rothos, propriétaire de la Casa Grecque de Granby, le choix était clair : «Je crois que l’ancien modèle d’affaires, basé sur un gros volume de clients qui peuvent apporter leur vin, ne survivra pas à la COVID-19», a-t-il écrit dans un courriel à MTY, à la mi-avril.

Lire la suite de cet article ici sur LaPresse.ca