Le ministre des Transports François Bonnardel et la vice-première ministre Geneviève Guilbault en conférence de presse près du chantier de l’autoroute Henri-IV à Québec, vendredi
Le ministre des Transports François Bonnardel et la vice-première ministre Geneviève Guilbault en conférence de presse près du chantier de l’autoroute Henri-IV à Québec, vendredi

Chantiers routiers: l'urgence de ralentir [VIDÉO]

Face à l’accroissement jugé préoccupant du nombre d’accidents sur les chantiers de construction routiers, le ministère des Transports déploie dès cet été une série de mesures pour assurer la protection des signaleurs routiers et des automobilistes. Radars pédagogiques et barrières de protection seront déployés sur une vaste échelle afin d’atténuer une série noire d’accidents mortels.

Lors d’une conférence de presse tenue vendredi matin dans un décor de circonstance — à deux pas du chantier de l’autoroute ­Henri-IV, bruit du trafic en prime — le ministre des Transports François Bonnardel a fait état de «statistiques éloquentes» pour illustrer l’urgence d’agir sur-le-champ. Le plan d’action du gouvernement sera déposé plus tard, à l’automne.

En trois ans, de 2017 à 2019, les accidents sur les chantiers de construction de la province ont fait 2309 victimes. De ce nombre, 70 étaient des signaleurs routiers. Cinq d’entre eux ont perdu la vie.

Le plan d’action, échafaudé en collaboration avec les syndicats, les ingénieurs, l’Association des constructeurs de routes du Québec et la CNESST, vise à sensibiliser les automobilistes à l’importance de ralentir à l’approche d’un chantier.

«Soyez alertes, soyez vigilants, faites attention à notre monde», insiste la ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-­Nationale, Geneviève Guilbault, présente à la conférence de presse. «Ralentir ça ne fait pas juste sauver la vie des signaleurs, ça sauve la vôtre aussi.»

Dans les prochaines semaines, des radars pédagogiques seront installés sur une dizaine de chantiers. Ces appareils affichent la vitesse de l’automobile permettant ainsi à son conducteur de ralentir si besoin est. Le ministère déploiera également à certains endroits des barrières de protection qui pourront être abaissées ou levées devant les véhicules par les signaleurs grâce à une manette de contrôle. Histoire d’être vus des conducteurs, ces travailleurs porteront un casque de protection d’une couleur vive. En outre, l’éclairage nocturne sera amélioré sur les chantiers.

Présence policière

Les policiers de la Sûreté du Québec seront présents plus que jamais dans les prochains mois pour épingler les amateurs de vitesse. «On a doublé les amendes sur les chantiers, et malgré tout, on a encore des automobilistes qui considèrent [les chantiers] comme une piste de course», déplore le ministre Bonnardel.

Le ministre a également fait savoir que les entrepreneurs seront sensibilisés à l’importance d’accorder le repos nécessaire aux signaleurs, qui oeuvrent dans des conditions souvent difficiles. «Ces gens travaillent extrêmement fort. Ils sont debout plus de huit heures chaque jour», mentionne le ministre Bonnardel.

Le chantier de l’élargissement de l’autoroute Henri-IV est le plus important dans la région avec son budget de 291 millions$. Malgré une interruption de six semaines en raison de la pandémie, les travaux devraient prendre fin tel comme prévu dans les derniers mois de 2023.