Cessna disparu : les recherches s’intensifient pour retrouver Hind Barch et son engin

Les recherches se poursuivent dans le secteur de Valcourt pour retrouver l’avion de type Cessna 172 disparu des écrans radars dans la nuit de mercredi à jeudi.

Un avion de recherches CC-130H Hercules de la 8e escadre de Trenton en Ontario et un appareil Griffon de la base militaire de Bagotville survolent le secteur de 3300 km carrés établi à partir du dernier signal radar émis par l’appareil à 37 kilomètres au nord-ouest de Sherbrooke.

À LIRE AUSSI: Un Cessna et sa pilote portés disparus

« Nous avons établi ce secteur à partir du dernier signal émis. C’est une zone boisée et rurale où les recherches sont difficiles. Nous évaluons au jour le jour la poursuite des recherches », signale l’officier des affaires publiques de la 8e escadre de Trenton, le capitaine Graeme Scott.

La Sûreté du Québec a aussi déployé son hélicoptère qui survole le secteur. Des policiers au sol effectuent aussi un travail d’enquête.

« Nous allons cogner aux portes pour rencontrer les résidents du secteur. Chaque indice visuel ou sonore peut nous aider à faire avancer les recherches. Nos policiers sont déployés dans le secteur sud de la municipalité de Racine », explique la porte-parole de la SQ, la sergente Ingrid Asselin.

Les bénévoles de l’équipe de sauvetage et recherche aériens du Québec (SERABEC) participent aussi aux recherches.

La pilote, Hind Barch, était seule à bord de son avion lorsqu’il a quitté les écrans radars.

Elle effectuait un vol de nuit en compagnie d’un autre pilote de la compagnie Cargair lorsque les événements sont survenus.

Les deux avions avaient quitté Mirabel en soirée pour faire un aller-retour vers Sherbrooke. C’est au retour vers la Rive-Nord de Montréal que l’appareil a quitté les écrans radars.

Toute information concernant cet évènement peut être communiquée à la centrale de l’information criminelle de la SQ au 1 800 659-4264.

Hind Barch.

Vague de soutien

La mobilisation gagne en ampleur pour retrouver Hind Barch, qui occupe actuellement un poste d’agente de bord pour la Section locale 4041 d’Air Transat. La présidente du secteur aérien du Syndicat de la fonction publique (SCFP) — Québec, Nathalie Garceau, a lancé vendredi après-midi un appel aux membres pour qu’ils se joignent aux recherches. Un groupe Facebook a été créé pour coordonner les efforts. 

Air Transat, qui se dit attristée de la situation, a offert « toute notre collaboration » pour les recherches et fournira le transport de son siège social jusqu’à la zone de recherche à ses employés souhaitant apporter leur aide ce week-end, selon un message de sa direction dont La Tribune a obtenu copie.

Les bénévoles, qui seraient passés près de rester sur la touche samedi pour des raisons de logistique, auraient convenu d'un accord avec la SQ afin d'éliminer le lac Brompton de la zone de recherche. Les intéressés sont conviés à l'église de Racine à 8 h samedi, pour faire le tour de l'étendue d'eau et sonder les résidants afin de déterminer si des recherches y seront nécessaires. Avec Jasmine Rondeau