Un drapeau français flotte désormais devant le siège social de Camso, à Magog.

Camso devient propriété de Michelin

La compagnie Camso, dont le siège social est situé à Magog, est officiellement passée entre les mains de la multinationale française Michelin, conformément à ce qui avait été annoncé par les dirigeants des deux organisations l’été dernier.

Par voie de communiqué, Michelin annonce « avoir conclu l’acquisition de Camso, après obtention de la totalité des autorisations requises pour cette opération ». Le montant déboursé par le groupe pour cette acquisition est de 1,81 milliard $.

À lire aussi: Alerte à la bombe: 150 employés de Camso évacués

Michelin met la main sur Camso de Magog pour 1,4 G$

Possédant un chiffre d’affaires de 1,3 milliard $, l’entreprise magogoise œuvre dans le domaine de la « mobilité hors route » depuis 1982. Elle figure notamment parmi les leaders mondiaux dans le marché des chenilles en caoutchouc pour les équipements agricoles et les motoneiges. La multinationale française prévoit pour sa part devenir le numéro un dans le secteur hors route grâce à la transaction conclue.

« Camso a un grand leadership technologique sur les chenilles et systèmes associés, elle a réussi à implanter des usines compétitives, notamment au Sri Lanka, et distribue deux marques réputées. Par surcroît, elle a démontré sa capacité à croître rapidement à raison de 7 % par an en moyenne entre 2012 et 2019 », indique le communiqué émis.

Michelin souligne que la direction de son secteur hors route sera basée à Magog, au Québec. Elle reconnaît qu’elle bénéficiera ainsi « de l’expertise du management » de Camso, qui emploie 300 personnes à Magog.

Aussi présente à Laval et en Nouvelle-Écosse, Michelin note que son secteur hors route possédera un chiffre d’affaires dépassant les deux milliards de dollars, regroupera 26 usines et donnera du travail à 12 000 employés.

Les PME Novom et 7e sens s’allient

Les entreprises Novom Networks et 7e sens lumières et événements annoncent leur fusion. La nouvelle organisation née de cette union a été baptisée Novom interactive et a notamment pour mission d’offrir des « expériences intermédia » à divers publics.

Le siège social de Novom Interactive, une entreprise appartenant à l’écosystème coordonné par l’organisme Magog technopole, est justement situé à Magog. Cependant, cette PME du secteur des technologies de l’information et des communications possède également un bureau à Québec, où se trouve sa division 7e sens.

« Grâce à cette fusion, Novom pourra pousser plus loin les expériences qu’elle propose par la scénarisation et la mise en scène. Elle réalisera ainsi des projets plus attractifs », affirme le président de la PME, Claude Caron.

Présentement, Novom interactive travaille de front sur plusieurs projets au Québec, aux États-Unis ainsi qu’en Asie. Son potentiel de développement paraît important considérant qu’elle œuvre dans un secteur en émergence.

Dans le cadre des projets qu’elle entreprend, Novom Interactive crée des « interactions entre des objets connectés et des représentations physiques ou virtuelles ». Elle s’efforce de mettre à profit les capacités des téléphones intelligents des participants et diverses techniques de géolocalisation pour donner plus de relief encore à des événements ou présentations.

L’expertise qu’ont développée les deux entreprises fusionnées a déjà permis à plusieurs organisations de bonifier l’expérience qu’elles proposaient à leur clientèle. Le Zoo de Granby, l’Impact de Montréal et le Carnaval de Québec font partie du groupe.

Cofondateur de 7e sens, Alain Dubé est aujourd’hui directeur artistique et de l’innovation multimédia chez Novom interactive. Il soutient que la fusion intervenue donnera aux artisans de la PME la capacité de « réaliser des projets de grande ampleur ici et à l’international. C’est excitant! »