Budget Girard: Investissement Québec et les sièges sociaux dans la mire

En plus de consacrer plus de 1,7 milliard $ pour stimuler la participation au marché du travail dans un contexte de pénurie de main-d’oeuvre, le premier budget du ministre des Finances Éric Girard précise certaines orientations du gouvernement Legault entourant Investissement Québec (IQ) et la question de la protection des sièges sociaux.

Parmi le bouquet de mesures au menu dans le document déposé jeudi, le gouvernement du Québec, qui nage dans les surplus, octroie également des millions de dollars au secteur de l’intelligence artificielle en plus de bonifier le congé fiscal pour les grands projets d’investissement dans les régions.

Un plus grand nombre de projets destinés aux régions devraient pouvoir bénéficier d’un congé fiscal puisque le ministre des Finances réduit le seuil d’admissibilité de 25 millions $, à 50 millions $.

Cette mesure, qui avait été annoncée en 2013, prévoit une aide fiscale correspondant à 15 % des dépenses admissibles sous la forme d’un congé de 15 ans sur le revenu provenant d’activités admissibles. Elle offre également une pause de 15 ans des cotisations d’un employeur au Fonds des services de santé.

Le gouvernement Legault estime que cette mesure devrait favoriser la réalisation de projets totalisant 800 millions $ au cours des «prochaines années». Des régions comme l’Abitibi-Témiscamingue, le Bas-Saint-Laurent, la Côte-Nord, le Saguenay-Lac-Saint-Jean sont notamment dans la mire de Québec.

IQ plus présente

Le bras financier de l’État québécois bénéficiera d’une bonification de 1 milliard $ de son capital-actions, qui atteindra 5 milliards $, pour «intervenir davantage auprès des entreprises à partir de ses fonds propres», en octroyant des prêts ou grâce à des prises de participations dans divers projets.

Si le budget annonce les couleurs du gouvernement Legault, il faudra toutefois attendre la refonte du mandat de la société d’État, pilotée par le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, avant d’en savoir plus sur cette stratégie — probablement en avril, alors qu’un nouveau président-directeur général sera nommé incessamment.

À l’heure actuelle, les engagements d’IQ totalisent environ 3,17 milliards $, d’après les informations fournies par les fonctionnaires du ministère des Finances.

De plus, dans le but d’englober les secteurs minier, forestier et des énergies vertes, le fonds Capital Mines Hydrocarbures — dont la capitalisation est de 1 milliard $ — adoptera le nom de «Capital Ressources naturelles et Énergie».

Pour rester ici

Le gouvernement Legault, qui a déjà dit qu’il n’hésiterait pas à intervenir afin de protéger certains sièges sociaux d’une prise de contrôle étrangère, met aussi 1 milliard $ dans une enveloppe destinée à l’accompagnement des «entreprises stratégiques» de la province — qui n’ont pas été identifiées dans le budget mais qui sont d’importantes compagnies.

Bien qu’une prise de participation dans une société d’envergure puisse s’avérer dispendieuse, M. Girard a estimé que la somme figurant dans le budget était un bon point de départ.

«Nous ne travaillons pas seuls, a dit le ministre des Finances. La Caisse de dépôt et placement du Québec, qui est indépendante dans ses choix, a [environ] 300 milliards $ sous gestion. Il s’agit de moyens supplémentaires et c’est important. On commence avec cela.»

Interrogé, M. Girard a reconnu qu’il était difficile de ne pas faire de lien avec la situation entourant SNC-Lavalin, qui a vu le cours de son action dégringoler après que les procureurs fédéraux eurent refusé de négocier un accord de réparation avec elle en plus d’être aux prises avec des difficultés financières.

La firme d’ingénierie établie à Montréal n’a pas d’actionnaire de contrôle, alors que la participation la plus importante — 20 % — est détenue par la CDPQ.

«[L’enveloppe] pourrait être utilisée pour SNC-Lavalin, mais le programme n’a pas été conçu [pour l’entreprise]», a dit M. Girard.

De plus, une équipe stratégique dont le mandat sera de se pencher sur la protection des sièges sociaux verra le jour. Aucun échéancier n’a toutefois été dévoilé.

Encore une fois, il faudra attendre avant de connaître l’ensemble des modalités de cette nouvelle mesure, mais Québec souhaite intervenir rapidement, selon ce qui a été indiqué pendant le huis clos du budget.

Bien payés

On entend presque quotidiennement le premier ministre François Legault répéter sur toutes les tribunes qu’il désire créer des emplois bien rémunérés.

Pour y parvenir, le budget propose 380 millions $ au cours des cinq prochaines années destinés à des «projets innovants», alors que 329 milions $ seront consacrés à l’accélération de l’intelligence artificielle.

En ce qui a trait aux projets qualifiés d’innovants, on allongera 320 millions $ étalés sur cinq ans pour la décontamination de terrains, la construction d’infrastructures publiques ainsi que la mise en valeur de terrains «stratégiquement situés» et qui présentent un potentiel de développement intéressant.

Quelque 220 millions $ sont destinés à l’est de Montréal, Québec, Gatineau, Laval, Lévis, Longueuil Sherbrooke, Trois-Rivières et de Saguenay. Cent millions de dollars iront à des projets «à venir».

À LIRE AUSSI