Le conseil municipal de Lac-Mégantic a émis une résolution afin d’appuyer Tafisa Canada, qui a fait connaître la situation critique que vit son usine du parc industriel de Lac-Mégantic, qui pourrait « arrêter ses opérations », si le blocus ferroviaire par les autochtones devait se prolonger sur une longue période.

Blocus ferroviaire: Tafisa risque la paralysie

Le conseil municipal de Lac-Mégantic a émis une résolution afin d’appuyer Tafisa Canada, qui a fait connaître la situation critique que vit son usine du parc industriel de Lac-Mégantic, qui pourrait « arrêter ses opérations », si le blocus ferroviaire par les autochtones devait se prolonger.

La résolution, qui évoque une possible fermeture, demande « au gouvernement du Canada, au premier ministre Justin Trudeau, au ministre des Transports Marc Garneau et à tous les ministres pouvant être impliqués directement ou indirectement dans le dossier, d’agir en toute urgence et de régler ce conflit qui perdure et qui perturbe l’économie de tout un pays, l’économie de nos régions. »

À LIRE AUSSI: Voies ferrées bloquées: la SQ n’est pas la solution, estime Ottawa

Voies ferrées bloquées: la GRC prête à se déplacer en Colombie-Britannique

À l’instar de l’ensemble du réseau ferroviaire canadien, le blocus en vient à affecter le réseau local de la Central Maine and Quebec Railway (CMQR), appartenant depuis peu au réseau national du Canadien Pacifique (CP), surtout à cause du point chaud de Kahnawake, empêchant tous les wagons de circuler sur le territoire depuis plus d’une semaine.

Tafisa Canada est la plus importante usine productrice de panneaux particules en Amérique du Nord, de même que le plus important employeur de la région de Lac-Mégantic, comptant plus de 330 employés.

Inquiétudes

La mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, a fait état des inquiétudes de la direction de Tafisa Canada. Elle a cité, à la lecture du préambule de la résolution, que « plusieurs entreprises de la région de Mégantic requièrent le réseau ferroviaire pour déployer leurs activités économiques ». Celle-ci a été adoptée lors de la dernière séance du conseil municipal.

« Ce blocus vient limiter notre capacité à desservir une partie de notre clientèle au niveau de l’acheminement de nos produits. C’est pourquoi nous avons mis en place des solutions alternatives, soit le transport par camionnage et le transport intermodal pour continuer de bien servir notre clientèle à travers l’Amérique du Nord et maintenir le niveau d’activité de notre usine de Lac-Mégantic », a confié la porte-parole de Tafisa, Christine Couture, directrice de la chaîne d’approvisionnement.

« Il est évident que le blocus ferroviaire n’est pas optimal pour notre entreprise, mais il n’est pas question d’envisager un scénario d’arrêt de production de notre usine. En ce sens, nos équipes travaillent fort pour pallier cette situation avec des mesures alternatives qui nous permettent de maintenir nos activités et notre service auprès de nos clientèles. Nous avons donc mis en place rapidement un comité à l’interne pour identifier des solutions de transport alternatives. Nos employés y mettent l’épaule à la roue. »

« Dans le contexte actuel, ces solutions sont efficaces, mais apportent des nouveaux défis sur le plan de la logistique, de la main-d’œuvre disponible et voilà pourquoi nous souhaitons une reprise rapide du service ferroviaire normal », a-t-elle conclu.