On voit ici l’appareil Dash-8 d’air Creebec qui a dû rebrousser chemin après son décollage de l’aéroport de Mont-Joli.

Atterrissage d'urgence à Mont-Joli

BAIE-COMEAU — Quarante-six passagers à bord d’un vol entre Mont-Joli et Sept-Îles en ont été quittes pour une bonne frousse lundi matin, alors que l’appareil dans lequel ils prenaient place a dû rebrousser chemin en raison d’un problème mécanique. Heureusement, le retour d’urgence s’est fait sans encombre.

Il s’agissait d’un appareil Dash-8 d’Air Creebec, nolisé par la Société des traversiers du Québec (STQ) pour transporter des passagers en absence du traversier entre Matane et la Côte-Nord. Ce vol de 10h 30 était l’un des deux en direction de Sept-Îles en cette journée de congé de la fête des Patriotes, assez achalandée pour cette desserte aérienne.

«On nous a rapporté des problèmes à un des deux moteurs», a expliqué le président de la Régie intermunicipale de l’aéroport régional de Mont-Joli, Bruno Paradis, satisfait par ailleurs de constater que les mesures d’urgence ont été rapidement déployées par les pompiers, policiers et ambulanciers. Personne n’a été blessé, mais les ambulanciers ont rencontré quelques passagers pour un possible choc post-traumatique.

De plus, une équipe psychosociale a été dépêchée par la Sécurité civile à Mont-Joli afin de rencontrer l’ensemble des passagers afin de leur expliquer les possibles contrecoups psychologiques de l’événement. Une autre équipe du même genre se trouvait à Sept-Îles, pour l’arrivée à destination de ces passagers.

M. Paradis a aussi signalé que les autorités de l’aéroport ont servi un dîner aux gens qui ont dû retraiter vers Mont-Joli. «On s’est assurés que ça se passe le mieux possible pour eux», a-t-il fait valoir.

Selon le porte-parole de la STQ, Alexandre Lavoie, devant le fort achalandage ce lundi en direction de Sept-Îles, le seul avion qui restait pour assurer le vol de 13h a été dirigé vers Sept-Îles plutôt que Baie-Comeau, comme il était prévu à l’origine. Les passagers vers cette dernière destination devaient pouvoir rentrer à la maison aux alentours de 15h30, car la STQ avait fait appeler en renfort un Boeing 737, capable d’accueillir une centaine de passagers.

Soulignons que plutôt que de se taper la distance par la route, la STQ offre des liaisons aériennes entre Mont-Joli et deux destinations nord-côtières, Sept-Îles et Baie-Comeau. Ce service sera en vigueur tant que le navire de relève de la Société, le Saaremaa I, ne sera pas en fonction, ce qui est prévu pour la mi-juillet.  Avec Johanne Fournier (collaboration spéciale)