Le magasin Pronature situé en bordure de la rue Sherbrooke, à Magog, a été visité par des voleurs d’armes, durant la nuit de mardi à mercredi. Il seraient entrés par la porte arrière.

Armes de poing: le vol de Magog pourrait être relié à ceux de Sherbrooke et Alma

Plusieurs armes de poing à autorisation restreinte ont été volées chez Pronature, à Magog. Le méfait commis dans ce commerce pourrait être lié à deux vols d’armes survenus au Québec en octobre, dont un à Sherbrooke.

Selon les informations obtenues, deux individus se sont introduits à l’intérieur du commerce de plein air chasse et pêche en «forçant la porte arrière» vers 23 h mardi. Ils sont repartis avec une quinzaine d’armes qui se trouvaient dans un présentoir en verre fermé à clé sans toucher à d’autres produits dispendieux qui étaient placés sur des tablettes tout près.

À lire aussi: Lachance chasse et pêche: les voleurs ont fait un trou dans le mur

La valeur de la marchandise disparue se situerait entre 10 000 et 15 000 $.

«L’alarme a sonné durant la nuit et j’ai été rapidement informé de ce qui venait de se produire, note Jean Dufresne, propriétaire du commerce Pronature de Magog. Ce genre de chose est toujours désolant. Mais, quand on voit ce qu’ils sont prêts à faire pour entrer, on comprend que c’est difficile de les arrêter. Et puis c’est seulement la deuxième fois que ça nous arrive en 18 ans d’opération.»

M. Dufresne note que, il y a quelques années, un malfaiteur avait osé fracasser une vitre à l’avant de son commerce, bordant une artère très passante, pour perpétrer un vol similaire. «Il fallait être cowboy pour faire ça», lance-t-il, en précisant que des vitres incassables ont depuis été installées en façade du magasin.

On peut par ailleurs rappeler que des voleurs ont carrément percé un trou dans un mur pour s’introduire dans le commerce Lachance chasse et pêche, à Sherbrooke, le 23 octobre dernier. Une vingtaine de pistolets se sont alors retrouvés entre de mauvaises mains, potentiellement liées au crime organisé.

Dans les heures ayant suivi cet autre vol, le Service de police de Sherbrooke (SPS) avait précisé que les voleurs avaient agi très vite. Ces derniers avaient en effet déjà décampé à l’arrivée des policiers, soit environ deux minutes après l’effraction. Cela correspond bien au scénario orchestré à Magog mardi.

L’ENQUÊTE

Des caméras de surveillance sont en place dans le magasin de Magog et la Régie de police Memphrémagog devait visionner une partie des images qu’elles ont enregistrées durant la nuit de mardi à mercredi.

Porte-parole de la Régie de police Memphrémagog, Michaël Laroche évite de dévoiler un nombre important de détails concernant l’enquête en cours. Mais il admet que le corps policier magogois collabore avec le SPS et la Sûreté du Québec dans ce dossier.

À ce sujet, il est utile de mentionner qu’un vol d’armes est aussi survenu à Alma, au Lac-Saint-Jean, le 16 octobre dernier. Une trentaine d’armes de poing avaient alors été volées dans un second magasin associé à la bannière Pronature. Les enquêteurs impliqués dans le dossier ne peuvent exclure la possibilité que les trois méfaits soient liés.