Air Liaison exploite quatre avions Beechcraft 1900 de 18 passagers avec une toilette à bord.
Air Liaison exploite quatre avions Beechcraft 1900 de 18 passagers avec une toilette à bord.

Air Liaison ajuste ses prix pour le transport aérien régional

Paul-Robert Raymond
Paul-Robert Raymond
Le Soleil
Air Liaison a lancé mercredi une nouvelle grille tarifaire, visant à mieux desservir la Côte-Nord et l’Abitibi-Témiscaming. Le transporteur aérien propose des vols pour aussi peu que 299 $, afin de combler le vide laissé par l’abandon des liaisons régionales par Air Canada. De plus, Air Liaison augmente la fréquence des vols entre les deux régions et les grands centres, Montréal et Québec.

«Le plus important pour nous, c’était de reconnecter les régions avec les grands centres, après le départ d’Air Canada. Et pour ça, on a dû remanier notre grille horaire. On veut aussi être un vecteur de développement économique en région», explique Nicolas Durand, directeur adjoint des opérations et chef pilote chez Air Liaison. «On a fait le tour des régions, on a parlé aux élus et aux parties prenantes. Ce qui ressortait souvent, c’est d’avoir un vol tôt le matin vers les grands centres et un retour dans les régions en soirée ou en fin d’après-midi pour permettre aux gens d’affaires de faire leurs réunions ou de permettre à monsieur et madame Tout-le-Monde de pouvoir connecter avec d’autres vols.»

Est-ce qu’Air Liaison croit qu’il y aura assez de demandes pour remplir ses avions? «On prend un risque. Parce que d’habitude, les compagnies aériennes attendent d’avoir un volume avant de descendre les prix. Nous, on a pris le risque de descendre les prix pour aller chercher du volume», répond M. Durand. «Mais on sait, après avoir consulté les parties prenantes en région, qu’on aura un accueil favorable. Ça fait déjà 20 ans qu’on dessert la Côte-Nord et on a des partenaires de longue durée en région. On a pris le temps de les écouter et d’écouter leurs besoins.»

Fréquence doublée

Air Liaison a doublé la fréquence des vols de la Côte-Nord (Sept-Îles et Baie-Comeau) vers Montréal et Québec et a augmenté la liaison avec l’Abitibi, en desservant Rouyn-Noranda et Val-d’Or. Le transporteur aérien offre aussi des liaisons avec l’île d’Anticosti. «Avant, on n’avait qu’un vol vers l’Abitibi. Maintenant, on en aura deux. On a ouvert la liaison avec Montréal», ajoute-t-il.

Oui, un voyageur pourra prendre place à bord des avions d’Air Liaison pour 299 $ (taxes incluses) en catégorie Économique, mais le nombre de sièges est limité. En fait, la grille tarifaire d’Air Liaison est divisée en cinq catégories: Économique, Aventure, Bravo, Encore et Énergie. Le délai de réservation avant le départ détermine la catégorie du tarif.

«Les tarifs Économique et Aventure [les plus bas prix] représentent 55 % des sièges, sur n’importe quel vol», explique M. Durand. «Et ils n’ont pas de limite de temps. Car normalement, les prix augmentent jusqu’au moment du départ. Ces deux prix-là sont fixes jusqu’à quatre heures avant le départ. En autant qu’il en reste.»

Par exemple, pour un vol de Sept-Îles vers Québec ou Montréal, en aller simple, les sièges en catégorie Économique coûtent 299 $ (taxes incluses), sur la base du premier arrivé, premier servi. Ensuite, le prix passe en catégorie Aventure à 399 $, taxes incluses encore une fois.

Si 55 % des sièges du vol sont vendus, le tarif passe alors en catégorie Bravo à 475 $, jusqu’à sept jours avant le départ. Jusqu’à 48 heures avant le départ, le même billet revient à 628 $ en catégorie Encore. Et moins de 48 heures avant le départ, c’est la catégorie Énergie qui s’applique à 950 $. Par contre, si l’avion n’est rempli qu’à 40 % de sa capacité, il est possible que le prix du billet soit en catégorie Aventure jusqu’à quatre heures avant le départ. «Ça, d’habitude, nos concurrents ne font pas de tels prix», assure M. Durand.

Le transporteur régional utilise également trois Beechcraft King Air, notamment pour les vols nolisés.

D’autres régions?

Est-ce qu’Air Liaison prévoit desservir l’aéroport de Bagotville au Saguenay ou d’autres régions du Québec? «À court terme, non. Mais, on ne ferme pas la porte», affirme-t-il. «Pour l’instant, notre réseau est concentré autour du fleuve Saint-Laurent et en Abitibi. L’important, c’est vraiment de reconnecter ces régions-là. Maintenant, on va de l’avant avec nos nouveaux tarifs et ensuite, on va étudier ça à moyen terme. Avant, on veut voir la réponse des gens quant à nos nouveaux tarifs.»

Air Liaison exploite quatre avions Beechcraft 1900 de 18 passagers avec une toilette à bord. Le transporteur régional, filiale du Groupe la Québécoise, utilise également trois Beechcraft King Air.

«Nous prévoyons utiliser les Beech 1900 pour ces liaisons. Les King Air serviront plus pour les vols nolisés. Mais pour l’instant, ils nous aident beaucoup sur les lignes régulières», conclut le directeur adjoint des opérations.