Le père de l'enfant a reconnu le geste d'Adonis Stevenson comme étant «d’une grande générosité».

Adonis Stevenson donne 15 000 $ à la famille du petit Ariel

Le populaire boxeur Adonis Stevenson a remis dimanche 15 000 $ à la famille d'Ariel Jeffrey Kouakou, ce jeune de 10 ans qui manque toujours à l'appel à Montréal.

Les 15 000 $ du champion du monde poids mi-lourds de la WBC iront directement aux parents du petit Ariel, Kouadio Frédéric Kouakou et Akouena Noella Bibie, qui multiplient les efforts pour retrouver leur enfant. 

Depuis lundi dernier, les recherches se poursuivent intensément pour trouver le petit Ariel, porté disparu dans le quartier d'Ahuntsic-Cartierville, dans la région de Montréal.

Visiblement ému, le père de l'enfant a reconnu le geste de Stevenson comme étant «d’une grande générosité». Il a ensuite affirmé que sa famille lui en sera «éternellement reconnaissante».

La famille du garçon garde toujours espoir de trouver le petit Ariel vivant et offre, depuis samedi, une récompense de 10 000 $ à quiconque leur permettra de trouver l'enfant.

Vendredi, les policiers ont fait du porte-à-porte dans le secteur d'Ahuntsic-Cartierville où le garçon demeurait.

Lorsqu'il a été vu pour la dernière fois, Ariel Jeffrey Kouakou quittait sa résidence familiale pour se diriger vers la maison d'un ami, située tout près. On l'aperçoit sur une vidéo de surveillance alors qu'il passe devant une station-service.

Les proches d'Ariel ont reçu de nombreux messages de soutien, notamment celui de Dolorès Soucy, la mère de Jolène Riendeau, cette fillette de Pointe-Saint-Charles, à Montréal, portée disparue pendant près de 12 ans avant que son corps ne soit retrouvé en 2011. 

Mme Soucy s'est dite samedi «de tout coeur» avec la famille, disant comprendre ce qu'elle vit. Malgré la difficulté de la chose, elle demande aux parents du garçon de garder espoir. «Sans espoir, il n'y a rien», dit-elle. 

Recours aux plongeurs envisagé

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) envisage d'avoir recours aux plongeurs pour fouiller la rivière des Prairies afin de retrouver le jeune garçon lundi ou mardi, si les tests effectués dimanche démontrent que la rivière est sûre.

Dimanche après-midi, des policiers du groupe tactique d'intervention (GTI) du SPVM se sont déplacés près du parc des Bateliers dans l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville à Montréal afin d'effectuer un certain nombre de tests pour vérifier la force du courant, la profondeur de la rivière, et aussi l'épaisseur de la glace.

Si les résultats de ces tests démontrent que la rivière est sûre pour les plongeurs, une plongée pourrait avoir lieu en début de semaine, selon qu'a rapporté le porte-parole du SPVM Benoit Boisselle à La Presse canadienne.

Pendant ce temps, l'enquête de la police continue et en début de soirée dimanche, les enquêteurs avaient reçu plus de 247 informations du public depuis l'annonce de la disparition de l'enfant.  Avec La Presse canadienne