Le maire de Granby, Pascal Bonin, sera absent de l’hôtel de ville durant quelques mois pour des raisons de santé, a laissé savoir la direction générale de la Ville.

Absence prolongée du maire de Granby

Le maire de Granby, Pascal Bonin, sera absent de l’hôtel de ville, pour une période indéterminée, pour des raisons de santé, a annoncé la direction générale de la Ville par voie de communiqué jeudi. Le conseiller municipal du district cinq, Alain Lacasse, agira à titre de maire suppléant.

Les raisons précises de l’absence du maire n’ont pas été détaillées. 

Pascal Bonin, qui a présidé la séance ordinaire du conseil en début de semaine sans souffler mot sur cette éventuelle absence, n’a pas souhaité accorder d’entrevues aux médias, dans les circonstances. 

Le directeur général de la Ville, Michel Pinault, a pour sa part avancé que le maire devrait être de retour « d’ici quelques mois ».

M. Pinault a d’ailleurs voulu se faire rassurant sur le fait que l’ensemble des affaires municipales se poursuivra. « M. Lacasse va assumer la présidence des assemblées. Il va jouer son rôle de maire suppléant. Et l’ensemble des membres du conseil est mis à contribution en ce qui a trait aux représentations », précise le DG. 

Michel Pinault et Alain Lacasse se sont d’ailleurs rencontrés mercredi soir pour discuter du mode opératoire en l’absence du maire.

Représentant pour les Industries FM, le maire suppléant est prêt à jongler avec son horaire pour assumer ses fonctions. « Le jour, on va fonctionner par courriel et par téléphone. Le soir, je pourrai me rendre à l’hôtel de ville à partir de 16 h 30. Mais les 10 conseillers ont chacun leurs tâches et dossiers, donc le conseil va continuer à prendre des décisions et à bien gérer la ville », a assuré M. Lacasse. 

Selon le principe de rotation qui prévoit que chacun des élus assume à tour de rôle la fonction de maire suppléant, Alain Lacasse sera remplacé à la fin juin par la représentante du district six, Denyse Tremblay.

90 jours

Si la période d’arrêt de Pascal Bonin devait se prolonger plus de 30 jours, le règlement qui fixe la rémunération des élus municipaux prévoit que le maire suppléant a droit à un montant équivalent à 50 % de la rémunération du maire, rétroactivement à la date à laquelle ce dernier s’est absenté, précise le directeur général de la Ville. 

Selon la Loi sur les élections et les référendums, l’absence du maire, comme celle de tout autre membre du conseil, ne peut par ailleurs excéder 90 jours à compter de la première séance du conseil où il est absent. Cette période débutera ainsi à partir du 15 avril prochain, alors qu’une séance extraordinaire du conseil est à l’agenda, explique Michel Pinault. 

« Le mandat d’un membre du conseil qui a fait défaut d’assister aux séances du conseil pendant 90 jours consécutifs prend fin à la clôture de la première séance qui suit l’expiration de cette période, à moins que le membre n’y assiste », est-il inscrit dans la Loi. 

« S’il ne se présente pas, le conseil peut excuser son absence par voie de résolution », précise en outre le DG de la Ville. Ce qui aurait pour effet, si cette situation devait se produire, d’accorder un délai supplémentaire de 30 jours.

Le maire Bonin continuera à toucher sa rémunération durant son absence, confirme Michel Pinault. Les élus de Granby n’ont pas d’assurances collectives. Ils peuvent toutefois se prévaloir du Programme d’aide aux employés (PAE) de la Ville, ajoute-t-il.

Il a par ailleurs été décidé, précise le directeur général, que les différents comités internes (travaux publics, développement industriel, développement urbain, etc.), sur lesquels le maire siège d’office, poursuivront leur travail, malgré son absence. « Il y a des systèmes, des processus, qui assurent la continuité », relève Michel Pinault.