Les jeunes étaient dirigés dans l’un des quatre points de contrôle.
Les jeunes étaient dirigés dans l’un des quatre points de contrôle.

68 conducteurs de scooter surpris par les policiers

Mélanie Côté
Mélanie Côté
Le Quotidien
Félix (nom fictif) ne se doutait pas, mardi matin, en allant à l’École secondaire des Grandes-Marées de La Baie avec son scooter, que ce dernier serait retiré de la route quelques heures plus tard par les policiers de Saguenay. Le jeune de 16 ans, comme 67 autres conducteurs de scooters qui fréquentent l’école, a été intercepté pour des vérifications. Dans ce cas précis, la décision ne faisait aucun doute : le silencieux n’était pas réglementaire, les pneus étaient trop usés et les clignotants et le klaxon ne fonctionnaient pas. Au total, les policiers ont distribué 20 contraventions.

Sur le coup de 11h30, à la sortie des classes pour l’heure du dîner, les policiers du Service de police de Saguenay (SPS) étaient postés à quatre endroits afin de bloquer tous les accès vers les rues avoisinantes. Les jeunes étaient ensuite dirigés vers quatre points de contrôle où leurs engin, permis et immatriculation étaient vérifiés. L’opération a été rendue nécessaire en raison des nombreux signalements faits aux policiers par les citoyens et résidents du secteur.

Dans le cas de Félix, la contravention aurait pu s’élever à plus de 1000$, mais les policiers ont décidé d’envoyer le scooter à l’inspection mécanique. Toutes les réparations devront être faites pour qu’un retour sur la route soit permis. Sinon, l’immatriculation sera retirée. Visiblement, le jeune conducteur n’était pas heureux de la situation, lui qui a dû appeler un membre de sa famille pour venir le chercher avec une remorque afin d’embarquer le scooter.

Quelques instants plus tôt, une jeune fille de 15 ans, en secondaire 4, a dû laisser son passager de 14 ans au point de contrôle. En effet, la loi dit que pour avoir un passager sur un scooter, le conducteur doit avoir 16 ans et le petit véhicule doit être adapté pour transporter deux personnes. La jeune conductrice a confirmé au Quotidien qu’elle devrait recevoir une contravention par la poste. Selon le porte-parole du SPS, Bruno Cormier, le montant de l’amende s’élève à 100$ plus les frais.

Au total, 20 contraventions, cinq avertissements et un avis d’inspection ont été remis.

«Ils ne font que leur travail. Je ne le savais pas», a dit la jeune fille, pendant que son ami retournait à pied à l’école, casque à la main.

Un peu plus loin, un policier prévenait un jeune : «Ton LED ne peut pas fonctionner parce qu’il est juste au-dessus de tes phares», tandis qu’un autre faisait remarquer à un conducteur qu’il lui manquait un miroir. «Je sais, je l’ai cassé hier», a-t-il répondu.

À leur arrivée dans le point de contrôle, les jeunes se demandaient ce qui se passait. Tandis que certains repartaient rapidement parce que tout était en règle, d’autres repartaient la mine basse – ou en colère –, car ils devraient expliquer à leurs parents qu’une contravention allait suivre. L’âge requis pour conduire un scooter est de 14 ans, suivant une formation, et bien souvent, les parents en sont les propriétaires.

«Les billets vont de 60$ à 350$ plus les frais et ils vont au propriétaire. Souvent, c’est le papa ou la maman du jeune en question. Il y en a qui seront surpris d’avoir un billet à leur nom, mais on se devait de le faire», a indiqué M. Cormier.

Pour avoir un passager sur un scooter, il faut être âgé d’au moins 16 ans.

Et pourquoi y aller de contraventions et non d’avertissements?

«Nous avions fait des interceptions au courant de l’été. Et là, avec l’entrée des écoles, on les retrouve tous à la même place. On a constaté sur les lieux toutes les modifications qui ont pu être faites et on s’est dit qu’il fallait agir. Des policiers civils s’étaient approchés, un travail d’observation avait été fait», a ajouté Bruno Cormier, confirmant du même coup que d’autres polyvalentes seront visitées.

«On voulait passer le message que même s’ils ont un petit engin avec lequel ils circulent, ils doivent respecter les consignes de sécurité et le Code de la sécurité routière.»

Selon la Société de l’assurance automobile du Québec, «un scooter – aussi appelé cyclomoteur ou mobylette – est un véhicule de promenade à deux ou trois roues, dont la vitesse maximale est de 70 km/h, muni d’un moteur électrique ou d’un moteur d’une cylindrée d’au plus 50 cm³, équipé d’une transmission automatique. Si le véhicule n’a pas ces caractéristiques, il est considéré comme une moto».

L’opération a eu lieu à la sortie des classes sur l’heure du dîner.

Sur les 20 contraventions, six ont été remises pour des silencieux modifiés, cinq pour un miroir manquant, quatre pour avoir transporté un passager sans avoir l’âge requis, trois pour ne pas avoir eu les papiers nécessaires sur eux et deux pour des pneus trop usés. Cinq avertissements ont aussi été donnés et un avis d’inspection a été remis.