Une cinquantaine de cerfs-volistes du Québec et des États-Unis se sont donné rendez-vous samedi, au Festi-Volant de Grandes-Piles.

Le Festi-Volant a le vent dans les voiles

GRANDES-PILES — Si le vent en hiver peut en décourager certains de sortir de chez eux, ce n’est pas le cas à Grandes-Piles, où se déroule cette fin de semaine le Festi-Volant. L’événement rassemble cette année une cinquantaine de passionnés venus faire flotter leur cerf-volant au-dessus de la rivière Saint-Maurice et une foule de curieux venus admirer cette valse colorée et profiter des activités organisées pour l’occasion.

Samedi, les visiteurs étaient nombreux à affluer dans le village de 400 âmes, à tel point que le stationnement est devenu un casse-tête pour les organisateurs et les bénévoles du Festi-Volant. «Les stationnements étaient pleins et on cherchait des places pour mettre les véhicules, alors d’habitude, c’est signe d’un bon achalandage, explique Pierre Thiffault, président de la Corporation du Festi-Volant. Ce n’est pas évident, puisqu’il faut qu’on accueille près de 1000 véhicules pendant la fin de semaine, alors l’organisation est assez complexe. Mais c’est un bel événement. Chaque année, ça grossit.»

Pour le plus grand bonheur des cerfs-volistes, venus des quatre coins du Québec et même des États-Unis, le vent était au rendez-vous samedi, malgré une baisse sur l’heure du midi. En plus des cerfs-volants, d’autres activités étaient organisées pour les petits et les grands, comme des tours en autoneige, un modèle B12 de Bombardier, une nouveauté de cette 18e édition. Les enfants avaient également accès à une glissade sur tube aménagée dans les rues de Grandes-Piles et un labyrinthe de neige. Un chapiteau chauffé a été érigé pour permettre aux visiteurs du festival de se réchauffer. Parmi les autres activités du festival, notons le ski de traction, la pêche blanche, un atelier de fabrication de cerf-volant, de la Zumba en plein air et la location de fatbike.

Combat des municipalités

Des représentants des municipalités voisines de Grandes-Piles se sont affrontés dans une joute de Rokkakus, des cerfs-volants japonais hexagonaux, une tradition instaurée il y a plusieurs années au Festi-Volant.  

«Chaque cerf-volant est identifié avec les armoiries ou le logo de la municipalité et le but, c’est de faire tomber son adversaire et d’être le dernier dans le ciel, résume M. Thiffault. On a fait trois manches aujourd’hui et on va en faire trois autres demain. À la fin, on compte les points et la municipalité qui en fait le plus repart avec un beau trophée en fer forgé, donc ça vaut la peine de se défoncer pour le combat!»

Un combat qui, heureusement, ne laisse aucun bleu chez les participants, mais bien des noeuds à démêler dans les fils. Samedi, Hérouxville a pris la tête de cette compétition amicale, mais trois autres manches jouées dimanche, à partir de 15 h, donneront la chance aux autres municipalités participantes de sauver leur honneur.

Les activités du Festi-Volant se poursuivent dimanche, toute la journée.