Le Dr Alain Veilleux pratiquait à l’urgence de l’hôpital régional de Trois-Rivières lorsque l’incident est survenu.

Le Dr Alain Veilleux radié pour cinq mois

Trois-Rivières — Le médecin trifluvien Alain Veilleux vient d’être radié temporairement par le Collège des médecins pour une période de cinq mois en lien avec le décès d’un patient qui s’était présenté à l’urgence de l’hôpital régional de Trois-Rivières alors qu'il y assumait la garde.

Le médecin avait d’ailleurs plaidé coupable à une plainte de négligence portée par le Collège des médecins dans cette affaire.

Les faits remontent à septembre 2011, au moment où un homme de 65 ans s’était présenté à deux reprises à l’urgence, dont la seconde fois en ambulance, essentiellement pour des symptômes d’anxiété et d’insomnie. Lorsqu’il est ausculté par le Dr Veilleux, ce dernier n’effectue pas d’examen physique et ne demande pas de bilan paraclinique. Il porte un diagnostic d’anxiété et prescrit du Xanax à l’homme, qui décédera subitement chez lui quelques heures plus tard.

L’autopsie a révélé que l’homme a succombé à un syndrome coronarien caractérisé par plusieurs micro-infarctus récents, en plus d’une insuffisance cardiaque qui évoluait depuis environ une semaine. Le médecin n’avait pas consulté le dossier médical du patient, qui faisait pourtant état d’une insuffisance rénale chronique, de maladie cardiaque, de diabète de type 2, d’hypertension, d’anémie sévère et d’une maladie vasculaire périphérique.

Selon le jugement rendu le 25 octobre par le Collège des médecins, «l’intimé a omis de remplir son obligation de moyens à l’égard de son patient et il n’a pas respecté, en ce sens, les règles de l’art en médecine d’urgence».

Alain Veilleux avait déjà fait l’objet d’une radiation temporaire, prononcée en 2015 mais pour des événements survenus en 2012, alors qu’il avait fait défaut de demander un test sanguin qui aurait confirmé le diagnostic de malaria chez un patient présentant de la fièvre et qui revenait de Madagascar. 

Par ailleurs, le médecin avait fait l’objet d’autres avertissements pour des défauts de diagnostic, négligence et manque de disponibilité lors des appels au service d’urgence lorsqu’il était en garde de nuit. 

Depuis le 22 janvier 2016, le Dr Veilleux est contraint à une limitation de pratique qui l’engage à pratiquer la médecine familiale en cabinet afin de ne plus évaluer de patients dans un contexte de sans rendez-vous et ne peut plus également exercer la médecine dans une salle d’urgence d’un établissement de santé. En outre, le médecin a exprimé ses remords face à ce patient et sa conjointe.