Selon Simon Allaire, une rencontre aura lieu dans deux semaines entre la Municipalité de Saint-Élie et le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation.
Selon Simon Allaire, une rencontre aura lieu dans deux semaines entre la Municipalité de Saint-Élie et le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation.

Le député Allaire demande et obtient une rencontre à Saint-Élie-de-Caxton

SAINT-ÉLIE-DE-CAXTON — Même si le Commissaire à l’intégrité municipale et aux enquêtes du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec ne va pas plus loin dans son travail auprès de la Municipalité de Saint-Élie-de-Caxton et que ledit ministère ne supervisera vraisemblablement pas le travail du maire Robert Gauthier comme le demandait une pétition citoyenne, une réunion entre la Municipalité et le cabinet du MAMH aura lieu dans deux semaines.

C’est le député de Maskinongé, Simon Allaire, qui a demandé et obtenu la tenue de ce tête-à-tête, affirme-t-il.

«Personne d’une autre entité n’enquête actuellement. La Commission municipale du Québec et le Commissaire à l’intégrité sont les deux instances autorisées à le faire et les deux instances n’ont rien révélé d’anormal. Par contre, le 25 juillet, j’ai demandé une rencontre avec le MAMH dès mon retour de vacances. La rencontre aura lieu le 11 août», mentionne le député Allaire.

Le Commissaire à l’intégrité municipale et aux enquêtes est arrivé dans le portrait au cours des derniers mois. Le Commissaire a reçu des allégations d’actes répréhensibles au sujet de dépenses jugées non conformes à la saine gestion de l’argent des contribuables et à propos de la réception et de l’utilisation de subventions attribuées à la réalisation du Parc de la nature et culture. Selon la dernière infolettre municipale de Saint-Élie, le Commissaire à l’éthique a mené ses vérifications et n’interviendra pas davantage.

Cette décision du Commissaire à l’éthique municipale s’ajoute à l’intervention du bureau régional du MAMH à la suite de laquelle le MAMH a affirmé que la Municipalité était bien gérée, comme l’avait déclaré Simon Allaire en octobre 2019. Malgré ces deux constats, le député préfère demander l’appui du MAMH.

«La rencontre aura lieu afin de voir comment le MAMH pourrait mieux accompagner la Municipalité dans le contexte», ajoute M. Allaire.

Le contexte auquel fait référence le député caquiste de Maskinongé est l’ensemble du portrait de Saint-Élie, mais plus particulièrement le départ récent des conseillères Charline Plante et Élaine Legault. La démission de ces deux conseillères porte à cinq le nombre de départs d’élus et d’élues depuis la dernière élection municipale de 2017. La Municipalité a congédié la secrétaire-trésorière Isabelle Bournival quelque six mois après son retour au sein de l’administration municipale.

Le Nouvelliste n’a pu joindre le maire, Robert Gauthier, pour obtenir ses commentaires concernant ce dossier. Mais dans l’infolettre municipale, le maire fait part de sa lecture de la situation au sujet du Commissaire à l’éthique municipale.

«Pour certaines personnes qui déploraient le fait qu’aucune autorité responsable ne soit encore intervenue à Saint-Élie-de-Caxton, la réponse du gouvernement du Québec est très claire: il n’y a pas de motifs sérieux pour intervenir dans les petites chicanes politiques locales à Saint-Élie-de-Caxton. Ce qui confirme à nouveau la déclaration du 2 octobre 2019 à l’effet que le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation du Québec (MAMH) considère que «la municipalité de Saint-Élie-de-Caxton est bien gérée». Il est dommage que la réputation de personnes, qui s’impliquent honnêtement, généreusement, avec rigueur et passion dans la gestion municipale au service de l’ensemble des citoyennes et citoyens de Saint-Élie-de-Caxton, soit ainsi ternie à la grandeur du Québec. Par le fait même, c’est la réputation de Saint-Élie-de-Caxton qui en prend un coup! Doublement dommage… et très triste! Heureusement que la vérité finit souvent par reprendre sa place…»

Des citoyens de Saint-Élie ne partageaient pas le même avis en octobre 2019. Une pétition a alors été lancée afin de demander à la ministre Andrée Laforest d’intervenir afin d’assurer une supervision du travail du maire Robert Gauthier. Cette pétition de plus de 1000 signatures a été remise en novembre. Mais dans une lettre acheminée au Leader parlementaire du gouvernement, le message véhiculé par la ministre Andrée Laforest ne fait nullement mention d’une intervention directe de sa part.

«Le conseil municipal a été rencontré par la direction régionale au mois de mars 2018. À cette occasion, une présentation sur les rôles et responsabilités des membres du conseil et de la direction générale a été faite. Par la suite, la direction régionale a rencontré à quelques reprises le maire et le directeur général. Elle a également répondu à diverses demandes d’information. Ces échanges portaient sur différentes règles et procédures liées à la gestion municipale. La Municipalité démontre son entière collaboration dans ce suivi», écrit Mme Laforest.

La ministre ajoute que les «équipes spécialisées du MAMH, par le biais du Commissaire à l’intégrité municipale et aux enquêtes, se sont rendues récemment sur place afin de s’enquérir davantage de la situation. Au terme de leur analyse, ils pourront déterminer si d’autres actions sont à prendre».