Yann Perreau a été le porte-parole de quatre des cinq précédentes éditions du Défi kayak Desgagnés.
Yann Perreau a été le porte-parole de quatre des cinq précédentes éditions du Défi kayak Desgagnés.

Le défi kayak Desgagnés de passage à Trois-Rivières

Pierrick Pichette
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Les eaux de Trois-Rivières seront envahies pour la bonne cause le vendredi 16 août prochain. À l’occasion de la cinquième édition du Défi kayak Desgagnés, ce sont pas moins de 150 kayakistes descendant le fleuve Saint-Laurent qui feront escale en Mauricie.

Depuis maintenant quatre ans, le Défi kayak Desgagnés rassemble bon nombre de kayaks qui flottent le long du fleuve Saint-Laurent dans le but d’amasser des fonds pour la fondation Jeunes musiciens du monde, qui vise à rendre accessible l’univers musical à tous les jeunes, peu importe leur milieu. Cette année, c’est du 15 au 18 août que se tiendra l’événement. Les gens sont donc invités à donner généreusement tout au long de l’aventure pour permettre à la musique de se transmettre le plus possible parmi les jeunes du Québec et même d’autres pays. «En contribuant à la collecte, les gens favorisent le développement d’enfants et d’adolescents issus de milieux à risque grâce à des activités musicales offertes gratuitement. Aujourd’hui, l’organisme a un impact direct sur la vie de près de 2000 jeunes, dont 1750 au Québec et 250 en Inde», explique le cofondateur de Jeunes musiciens du monde, Mathieu Fortier.

Le 15 août, lorsque les aiguilles de l’horloge pointeront huit heures, les 150 kayaks amorceront leur périple du parc Bellerive à Montréal sous les encouragements du public présent sur place. Par la suite, ils réaliseront des arrêts dans plusieurs villes du parcours pour y rencontrer le public et bénéficier d’un repos nécessaire. Enfin, les kayakistes termineront leur navigation le 18 août, alors qu’ils arriveront à Québec.

Yann Perreau toujours présent

Pour une quatrième année consécutive, le chanteur Yann Perreau agira à titre de porte-parole lors de l’événement. Pour lui, il est primordial de rendre accessible aux jeunes l’univers merveilleux que représente la musique. «C’est prouvé scientifiquement, apprendre la musique à un jeune âge garde les enfants et les adolescents à l’école plus longtemps en plus d’ouvrir leur esprit et d’avoir un effet positif sur leurs capacités d’écoute et de partage. De tous les jeunes que j’ai pu côtoyer dans ces écoles, plusieurs sont devenus des professeurs, quelques-uns sont devenus musiciens et d’autres ont emprunté un tout autre chemin, mais ont tout de même conservé leur passion pour la musique en continuant de jouer pour le plaisir», a-t-il fait savoir.

D’ailleurs, aux yeux du porte-parole, le Défi est curatif pour l’organisation, les écoles ainsi que les jeunes, certes, mais a également un effet des plus bénéfiques pour les kayakistes qui y participent, et ce, grâce l’ambiance qui y règne. «Participer à cet événement, ça change quelqu’un. Les gens qui complètent le Défi sont non seulement fiers d’avoir accompli une telle épreuve, mais ils ont aussi eu la chance de redécouvrir le fleuve d’une autre façon et de créer des amitiés. De plus, il y règne une ambiance des plus enjouées, festives et humaines. Ça a donc un impact positif sur tous ceux qui naviguent», a ajouté Yann Perreau.

Personnellement, il considère le Défi kayak Desgagnés comme une façon d’effectuer annuellement un accomplissement lui procurant énormément de bien. «Chaque année, quand je le fais, j’ai une souffrance considérable qui me fait croire que je ne pourrai pas le refaire. Cependant, quand on passe le fil d’arrivée, la fierté, l’adrénaline et les frissons que je ressens à la vue de gens heureux de nous accueillir me poussent à revenir encore et encore. Je ne suis pas un mordu de kayak, mais cet événement est devenu en quelque sorte un rituel pour moi. Grâce à ma musique, j’ai fait connaître le Défi, mais ça me fait beaucoup de bien de le faire alors c’est un échange gagnant gagnant», conclut-il avant de souligner que les chances de le revoir assumer le rôle de porte-parole du Défi dans les prochaines années sont excellentes.

Trois endroits en Mauricie visités

En outre, les Trifluviens ne seront pas les seuls en Mauricie à accueillir les kayakistes du Défi les 16 et 17 août prochains. Outre Trois-Rivières, des escales sont prévues à Louiseville le vendredi ainsi qu’à Batiscan le samedi. Les citoyens de ces trois villes mauriciennes sont évidemment invités à se présenter en grand nombre pour nourrir les 150 participants de leurs applaudissements les plus chaleureux.