Roger Michaud

Le conseil de Maskinongé s’accorde une hausse salariale de 10 %

Maskinongé — Bécancour n’est pas la seule localité de la région dont le conseil s’est octroyé une augmentation salariale. Les élus de Maskinongé viennent de s’accorder pour 2018 une majoration de 10 %, une décision prise en raison de la lourdeur de la tâche selon le maire Roger Michaud qui souhaite que ce traitement s’approche des 20 000 $ d’ici quatre ans.

Le traitement actuel du maire de Maskinongé est de 13 307,04 $ (salaire de 8871,36 $ et allocation de dépenses de 4435,68 $). Le traitement total d’un conseiller est de 4435,68 $. À compter du premier janvier 2018, M. Michaud profitera d’un traitement de 14 637,74 $ qui sera assujetti à une hausse de 1,5 % basée sur l’indice des prix à la consommation, tout comme le traitement des conseillers qui sera de 4879,25 $. En comptabilisant l’appréciation de 10 % et la hausse de 1,5 %, M. Michaud gagnera en 2018 un total de 14 857,31 $, alors que le traitement des conseillers sera de 4952,44 $.

«Ça faisait quatre ans qu’on fonctionnait uniquement avec l’indice des prix à la consommation, dit le maire. Les tâches sont de plus en plus prenantes pour le maire. Il faut se déplacer de plus en plus, on a de plus en plus de réunions, de plus en plus de formation. Je suis très à l’aise avec le nouveau salaire. Avec toutes les nouvelles lois qui arrivent, il faut vivre avec la réalité. C’est de plus en plus prenant.»

Pêcheur commercial de métier, M. Michaud dit consacrer facilement entre 25 et 30 heures par semaine à sa tâche de maire. Le gouvernement provincial accorde de plus en plus de responsabilités aux municipalités. La tâche ne va pas s’alléger au cours des prochaines années.

Voilà pourquoi Roger Michaud était contre l’idée d’étaler la hausse salariale sur la durée totale du mandat. Il estime que le traitement du maire de Maskinongé devra être de 19 000 $ ou de 20 000 $ d’ici la fin de l’actuel mandat.

«On a fait le tour de la MRC. En fonction du territoire et de la population, j’étais sous-payé. Tantôt, la mairie, ce sera des jobs pour des retraités seulement, car c’est trop prenant. Je suis maire depuis 2011 et la tâche a augmenté: plus de réunions, de conférences de presse, de rencontres avec les ministères. Selon moi, un salaire correct serait de 30 000 $ à 35 000 $ d’ici quatre ans, mais on n’ira pas jusque là», croit M. Michaud, qui ne pense pas que le salaire des élus devrait être fixé uniquement en fonction du nombre d’habitants, car les petites municipalités ont des responsabilités comparables aux plus grandes, mais ont moins de personnel pour les assumer.

La bonification du traitement des élus a été présentée lundi en séance publique. Selon M. Michaud, cette hausse salariale cause bien peu de remous au sein de la population.

«Des gens ont dit qu’il était temps de monter les salaires, un a dit que c’était trop et un a dit de monter plus, témoigne M. Michaud. Les gens comprennent quand on leur explique.»

La municipalité voisine de Maskinongé, Louiseville, offre un traitement de 42 814,44 $ à son maire. Le traitement du maire de Sainte-Ursule est de 20 289,60 $. Une autre municipalité voisine de Maskinongé, Saint-Barthélemy, paie son maire 40 857,80 $.