Des manifestations de travailleurs des organismes communautaires ont eu lieu un peu partout dans la région, dont sur la rue des Forges à Trois-Rivières, à 11h59 jeudi.

Le communautaire réclame un engagement ferme

TROIS-RIVIÈRES — Tout près de 200 travailleurs et travailleuses du milieu communautaire dans la région ont réalisé une manifestation simultanée à 11h59, jeudi, dans différentes villes de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Le collectif «Engagez-vous pour le communautaire» a réalisé cette mobilisation à travers la province à la même heure, afin de faire comprendre aux candidats aux élections provinciales qu’il est présentement «midi moins une pour venir en aide aux organismes communautaires».

Ainsi, à Trois-Rivières, Shawinigan, Saint-Stanislas, Victoriaville et Drummondville, les acteurs du milieu communautaire ont réalisé un flash-mob visant à revendiquer une augmentation du financement des organismes communautaires, mais également la reconnaissance de leur mission et de leurs actions tout comme la reconnaissance de leur autonomie.

«Nous sommes tous des organismes communautaires d’action autonome. On veut un réinvestissement massif dans les services sociaux au Québec. Présentement, tout le monde dit que le travail que nous faisons est important, que nous sommes la base, le filet social de la société. Mais malheureusement, il n’y a pour le moment que le Parti québécois et Québec solidaire qui ont accepté de s’engager pour un réinvestissement massif dans les organismes communautaires», clame Virginie Rainville du Centre d’intervention budgétaire et social (CIBES) de la Mauricie.

Le mouvement provincial réclame pas moins de 475 millions $ de plus par an pour les 4000 organismes d’action communautaire autonome afin que ceux-ci puissent assumer pleinement leur mission, expose Mme Rainville. «On a aussi besoin d’une indexation. Il y a des organismes en défense des droits pour qui c’est bloqué depuis des années, des organismes qui fonctionnent avec un budget de 30 000$ par année pour défendre les droits des citoyens», ajoute-t-elle.

«Actuellement, dans notre région du Centre-du-Québec et de la Mauricie, ce sont près de 2 500 travailleuses et travailleurs, appuyés par 15 000 bénévoles, qui constituent l’action communautaire autonome, tous secteurs confondus», spécifie Jean Brouillette, de la Corporation de développement communautaire des Chenaux.

«Il faut rappeler qu’au cours des dernières années, les compressions dans les services publics et les programmes sociaux ont eu des conséquences désastreuses sur les conditions de vie de la population et ce sont les organismes communautaires qui ont ramassé les pots cassés. Nous martèlerons ce message tant qu’il le faudra, tant que les partis ne prendront pas un engagement ferme», ajoute François Landry de la Table régionale des organismes communautaires du Centre-du-Québec et de la Mauricie.