Le Collège Shawinigan

Le Collège Shawinigan intente une poursuite de 356 681 $ pour des gicleurs défectueux

Le Collège Shawinigan et le Centre collégial des services regroupés intentent une poursuite totalisant 356 681 $ contre les entreprises Gicleurs de la Mauricie inc., Paul A. Bisson inc. et Protection incendie Paquin inc. à la suite de dommages considérables survenus à son bâtiment qui auraient été causés, selon le Collège, par l'installation d'un système de gicleurs sous air défectueux.
Les événements qui ont mené à cette affaire remontent à 2013 alors que quatre alarmes de basse pression du système de gicleurs se sont d'abord déclenchées entre les 9 et 31 janvier.
Le jour du quatrième événement, une alarme de débit d'eau reliée au même système s'est aussi déclenchée. Selon la requête, «l'eau s'est infiltrée dans la tuyauterie du système et coulait par plusieurs trous», ce qui aurait causé des dommages importants au bâtiment.
Toujours selon la requête, «ces dommages sont le résultat d'une corrosion prématurée de la tuyauterie du système» de gicleurs.
Ce système de gicleurs sous air avait été installé dans le grenier du bâtiment en avril 2013 par l'entrepreneur général Paul A. Bisson dans le cadre de la rénovation des laboratoires de chimie et de biologie du Collège.
Bisson avait retenu les services de Gicleurs de la Mauricie pour exécuter ce travail.
La requête introductive d'instance fait mention d'une poursuite également contre l'entreprise Protection incendie Paquin, car c'est elle qui avait été mise en charge de l'inspection préventive annuelle du système entre le 1er octobre 2012 et le 28 octobre 2013. Selon la requête, Paquin aurait dû identifier et résoudre le problème. 
L'entreprise spécialisée aurait en effet «effectué un entretien annuel le 28 octobre 2012, seulement trois mois avant le sinistre et est retournée sur le site pour remplacer une section endommagée d'un tuyau, le 13 janvier 2013, faisant toutefois défaut de constater l'état du système et de prévenir la défaillance prématurée» de ce dernier.
Selon les prétentions de la poursuite, il semble qu'une accumulation d'eau dans les tuyaux du système de gicleurs ait provoqué une corrosion prématurée de la tuyauterie du système. Ces derniers se seraient finalement rompus en raison du cycle de gel et de dégel. 
Cette affirmation de la poursuite provient d'un rapport rédigé par Technorm, le 1er décembre 2014, à la suite du sinistre et à la suite de l'analyse métallurgique menée par SGS Canada inc.
Des dommages évalués à 224 664,84 $ sont survenus au bâtiment et des bris estimés à 128 413,24 $ sont survenus au contenu de la bâtisse à l'endroit où les gicleurs ont cédé.
Le Collège a été dédommagé par ses assurances, mais a dû payer une franchise de 10 000 $, le tout totalisant 356 681,30 $ incluant les intérêts et l'indemnité légale. La requête introductive d'instance a été déposée en décembre 2015.