Marc Brière, président national du Syndicat des employés de l’impôt.
Marc Brière, président national du Syndicat des employés de l’impôt.

Le CNVR presque désert

Guy Veillette
Guy Veillette
Le Nouvelliste
SHAWINIGAN — Également frappé par les mesures préventives pour éviter la propagation du coronavirus, le Centre national de vérification et de recouvrement de Shawinigan est devenu pratiquement désert. La très forte majorité des quelque 1500 employés ont été envoyés à la maison en congé ou en télétravail, au moins jusqu’au 5 avril.

L’Agence de revenu du Canada a arrêté cette directive dimanche soir et la majorité des employés l’ont appris à leur arrivée au vaste centre du boulevard de Shawinigan-Sud, lundi matin. Plusieurs d’entre eux sont repartis à la maison avec un ordinateur portable sous le bras.

Difficile d’établir précisément la proportion d’employés assignés au télétravail et ceux qui bénéficient d’un congé payé. L’Agence de revenu du Canada prend les dispositions pour maintenir ce qu’elle qualifie de «services critiques» pour cette période de l’année. Il s’agit principalement de maintenir les versements des diverses prestations, y compris le traitement des déclarations et la réponse aux appels. Toutes les activités associées à la contribution de l’Agence de revenu du Canada à la crise de la COVID-19 sont également impliquées.

Ces «services critiques» touchent moins le centre de Shawinigan que ceux de Saguenay, Sudbury ou Winnipeg, qui traitent les déclarations de revenus des particuliers et des entreprises, précise Marc Brière, président national du Syndicat des employés de l’impôt. «La gestion locale de Shawinigan s’est montrée très flexible», se réjouit-il. «Il y a beaucoup de monde à la maison et très peu d’employés au centre. La plupart d’entre eux sont en congé payé. Il ne semble pas y avoir beaucoup d’employés de Shawinigan dont le travail ait été jugé critique par l’Agence du revenu.»

Le partage de bureaux au Centre national de vérification et de recouvrement représentait un enjeu. Dans un courriel, Dany Morin, responsable des relations avec les médias, spécifie que l’agence «s’assurera que les employés devant aller dans un édifice de l’ARC afin d’accomplir leurs tâches aient un milieu de travail sécuritaire avec de robustes protocoles de nettoyage et de désinfection.»

Par ailleurs, le Syndicat des employés de l’impôt a suspendu sa tournée de vote pour obtenir un mandat de grève. Rappelons que ces employés demeurent sans contrat de travail depuis le 31 octobre 2016. Les syndiqués de Shawinigan se sont déjà prononcés à la mi-février, mais les résultats ne seront connus que lorsque tous les membres de l’Alliance de la fonction publique du Canada auront voté. Toutes les rencontres syndicales nationales sont également reportées.

Fermeture

De son côté, le parc national de la Mauricie a annoncé sa fermeture pour une période indéterminée, en fin de journée dimanche. Aucun service n’est offert depuis lundi.

«Les bâtiments sont fermés», résume Julie Dumont, agente aux communications et aux relations publiques à l’Unité de gestion de la Mauricie et de l’Ouest du Québec.

«Les gens peuvent quand même se rendre pour faire de la randonnée, mais il n’y a aucun service. C’est comme lorsque nous sommes dans l’entre-saison. Les sentiers sont accessibles, mais les gens doivent prendre les mesures pour assurer leur sécurité, surtout avec les sentiers glissants comme actuellement.»