Le Club de golf le Mémorial de Shawinigan est à vendre.

Le Club de golf Le Mémorial à vendre

SHAWINIGAN — Inauguré en 1964, le Club de golf le Mémorial de Shawinigan est à vendre. Bordée par la rivière Saint-Maurice, la propriété d’environ 1 million de mètres carrés est affichée à 1,5 million $.

La vente a été confiée à l’agence Sotheby’s qui se spécialise dans la vente de propriétés d’exception. Selon cette annonce, les propriétaires actuels du terrain de golf souhaitent vendre sans droit de regard quant à l’avenir de la propriété. «Sa superficie de 100 hectares rend possible la concrétisation de nombreux projets d’affaires. Vous pouvez reprendre sa vocation actuelle de club de golf ou laisser libre cours aux propres rêves que vous chérissez», peut-on lire sur le site Internet de l’agence Sotheby’s. 

Malgré quelques tentatives, il a été impossible de parler avec un des actionnaires du Club de golf Le Mémorial. Le courtier responsable de la vente, Diego Brunelle, a de son côté affirmé que les propriétaires du club de golf, la famille Buisson, ne voulaient pas accorder d’entrevue, pour l’instant du moins. 

La mise en vente du Mémorial survient quelques années après que les propriétaires eurent manifesté publiquement leur intention de trouver des acheteurs. En effet, un des actionnaires du Mémorial, André Buisson, soutenait en entrevue au Nouvelliste en 2011 que la vente du terrain du rang Saint-Mathieu du secteur Shawinigan-Sud était envisagée. À l’époque, M. Buisson affirmait que les actionnaires de la compagnie à numéro qui regroupe le club de golf ainsi qu’une entreprise de gestion de bâtiments résidentiels et de logements étaient prêts à vendre si une offre intéressante se présentait. 

Créée en 2003, cette entreprise qui regroupe les deux entités avait été mise sur pied notamment pour limiter les pertes financières du club de golf. «Nous avions fusionné ces deux compagnies parce que le club de golf fonctionnait toujours à perte», expliquait Serge Buisson, un autre actionnaire de l’entreprise, lors d’une entrevue accordée au Nouvelliste en 2011.

Le président de l’association des membres du Club de golf
Le Mémorial, Luc Morin, estime que cette mise en vente «pourrait être une bonne nouvelle». Il soutient toutefois que les membres, qui sont en tout près de 200, demeurent attachés au club de golf. D’ailleurs, le nombre de membres est stable dans les dernières années. «Nous voulons garder le terrain, ça c’est sûr», mentionnait-il en entrevue en précisant qu’il n’avait cependant pas encore pu consulter les membres sur cette question. 

Même s’il s’agit d’un montant impressionnant, le prix de vente fixé à 1,5 million $ est bien en deçà de l’évaluation municipale. Selon le rôle d’évaluation municipal de la Ville de Shawinigan, la propriété complète, qui comporte le terrain et le bâtiment d’accueil, est évaluée à 3,8 millions $. Annuellement, la Ville de Shawinigan retire près de 27 000 $ en taxes du Mémorial. 

De plus, le porte-parole de la Ville, François St-Onge, confirmait lundi que le site est zoné agricole, ce qui complexifie le changement de vocation. 

Les nouvelles réalités du golf

Même si plusieurs terrains de golf ont été vendus ces dernières années au Québec, cela ne représente pas un mouvement de fond, selon Golf Québec. «Il y a des clubs vendus au cours des dernières années, mais ce n’est globalement pas un très grand nombre. Mais si on considère qu’il y a 370 installations de golf au Québec et 340 clubs de golf, c’est loin d’être une grande proportion de terrains qui ont été vendus», explique François Roy, directeur général adjoint de Golf Québec. 

«Il y a des terrains situés surtout en milieu urbain qui ont été vendus. Et c’est un peu normal en raison des besoins en terrains pour de l’immobilier, alors les municipalités vont ouvrir des terrains de golf pour construire des logements.»

Le golf au Québec compte près de 600 000 adeptes, ce qui en fait une activité pratiquée par un nombre considérable de personnes. Toutefois, la façon de pratiquer le golf a changé, note Golf Québec. Les joueurs sont moins «fidèles» qu’autrefois et aiment découvrir plusieurs parcours. «Nous ne sommes pas mal pris au Québec avec près de 600 000 joueurs. On a vraiment un beau bassin de golfeurs et c’est en croissance depuis 2014, à l’exception de 2017 où le début de saison était exécrable. Mais cette année, nous avons une saison exceptionnelle», soutient François Roy. Ce dernier affirme qu’il ne faut pas voir la vente d’un terrain ou sa fermeture comme une perte de vitesse de l’industrie du golf. «Les golfeurs consomment différemment. Ils veulent essayer des terrains pour relever de nouveaux défis.»  

Le représentant de Golf Québec indique, enfin, que les clubs de golf qui réussissent bien ces dernières années sont ceux qui arrivent à se démarquer. «Il y a de plus en plus d’offres culturelles et sportives. Il faut que les clubs apprennent à se mettre en marché, ce qui n’était pas un réflexe autrefois.»

Une mise en vente qui était attendue

À l’emploi du Club de golf Le Mémorial de Shawinigan durant trois décennies à titre de professionnel, Luc Richard n’est pas surpris de cette mise en vente.   

«Ça fait quand même un petit bout de temps que c’est dans l’air. Et la famille [Buisson] y pensait depuis quelques années», a souligné en entrevue, celui qui a pris sa retraite au Mémorial à la fin de la dernière saison. 

Le prix de vente à 1,5 million $, soit plus de 2 millions $ sous l’évaluation municipale, correspond à la valeur du marché, a ajouté M. Richard. «C’est impensable d’acheter un terrain de golf à sa valeur avec le chiffre d’affaires qu’il a. C’est impossible à rentabiliser si quelqu’un achète le club de golf à son évaluation municipale. Et même qu’à 1,5 million, ça va être difficile. Je doute que ce soit le prix que les vendeurs auront.»


Luc Richard

Cette vente survient, note Luc Richard, dans un contexte difficile. Plusieurs employés clés ont quitté l’entreprise l’an dernier. Et ces départs ont souvent été difficiles. «Plusieurs employés importants, comme le chef mécanicien, le responsable des cuisines et la directrice administrative, sont partis. Et la direction actuelle n’est peut-être pas capable de relever le défi», a soutenu Luc Richard qui précise que les conditions de jeu se sont détériorées cette année au Mémorial. 

Malgré ce constat, Luc Richard souhaite que Le Mémorial demeure ouvert. Il estime qu’il s’agit d’un «fleuron de Shawinigan». «C’est un terrain qui a toujours eu une belle réputation et une belle crédibilité. Pour la communauté du Centre-Mauricie, c’est important que ça reste un terrain de golf et que ça ne se transforme pas en secteur immobilier comme dans la région de Montréal», a mentionné M. Richard. «Je crois que la famille est essoufflée et elle a absorbé des pertes au cours des dernières années. Ce serait bon que des personnes du milieu des affaires ou du golf lui donnent un deuxième souffle.» 

Cela dit, est-ce que Shawinigan et sa région immédiate ont trop de terrains de golf? Actuellement, on dénombre trois parcours de 18 trous, avec Le Mémorial, Sainte-Flore, et Grand-Mère, ainsi que deux parcours de neuf trous, avec Saint-Gérard-des-Laurentides et Saint-Boniface. Selon Golf Québec, près de 12 000 personnes sont nécessaires en moyenne dans une ville pour garantir la survie d’un terrain de golf. Or, les villes de Shawinigan et de Saint-Boniface comptent en tout près de 55 000 résidents. 

Luc Richard croit en effet que l’offre est extrêmement grande pour les golfeurs du Centre-Mauricie. «Et si on prend tous les terrains à Trois-Rivières, il y a environ une douzaine de terrains de golf dans un rayon de 50 km. Ça donne une pression énorme sur la baisse sur les prix. Il y a plusieurs clubs qui vendent les rondes à perte actuellement», conclut-il.