Le Havre a relocalisé sa maison de transition à l'ancien centre diocésain pour au moins un an.

Le Centre Le Havre retombe sur ses pieds

Avec l'ouverture prochaine de son site temporaire pour les personnes en processus de stabilisation, le Centre Le Havre est sur le point de franchir l'avant-dernière étape d'une tempête causée par l'incendie de sa maison de transition au printemps.
Karine Dahan, responsable de la philanthropie et des communications de la Fondation du Centre Le Havre, et Danny Lacroix, directeur général du Centre Le Havre, posent dans une des chambres du site temporaire de la maison de transition de l'organisme.
La bâtisse abritant la maison de transition du Havre sera démolie et fera place à une nouvelle construction en 2018.
Cet organisme de lutte contre l'itinérance accueillait les médias, mercredi matin, dans l'ancien centre diocésain de Trois-Rivières, situé à quelques mètres de son édifice qui a été détruit lors de l'incendie du 24 mai. C'est à cet endroit que 19 chambres ont été aménagées au cours des dernières semaines. Elles seront prêtes à accueillir des gens d'ici la mi-octobre.
«Les travaux de nettoyage, la peinture, monter les chambres, tout ça a été fait par des bénéficiaires en stabilisation», note Karine Dahan, responsable de la philanthropie et des communications de la Fondation du Centre Le Havre.
Le Havre avait lancé un cri du coeur une semaine après l'incendie. L'organisme souhaitait amasser 30 000 $ durant une campagne de financement d'urgence afin de trouver une solution temporaire en attendant la reconstruction de sa bâtisse de la rue Laviolette. 
Quelque 45 000 $ ont été récoltés, mais on sait déjà que les frais de location de l'ancien centre diocésain pour au moins un an et les coûts reliés à la transformation des lieux dépasseront cette somme.
L'investissement était toutefois nécessaire afin de relancer le plus rapidement possible les activités de cette maison de transition. Cet été, le service d'hébergement d'urgence de la rue Brébeuf a eu un achalandage de plus de 100 %. Les 20 lits et les trois lits de débordement étaient tous occupés. Le Havre a planté trois tentes dans sa cour et deux sur trois ont été utilisées à temps plein de juin à août.
«C'est comme l'urgence à l'hôpital, image Danny Lacroix, directeur général du Centre. Si la stabilisation ne reprend pas, c'est l'engorgement à l'urgence à l'année et ça fait moins de personnes qu'on peut aider. On s'est recentré sur les besoins des personnes, on s'est assuré de répondre du mieux qu'on pouvait, mais il fallait repartir (la maison de transition) au plus tôt», déclare M. Lacroix, en assurant que les 23 résidents ayant été victimes de l'incendie ont été relocalisés, que ce soit dans des services d'habitation sociale ou dans d'autres maisons d'hébergement.
L'ouverture du site temporaire n'est qu'une question de jours, mais Le Havre doit continuer de se retrousser les manches afin de poursuivre les tâches reliées à la reconstruction de sa bâtisse incendiée. L'amiante a été retiré en septembre et les plans d'architecte sont prêts pour la future bâtisse. Il ne manque que quelques autorisations pour démolir les lieux afin d'amorcer la reconstruction. 
Les assurances du Havre devraient couvrir la totalité des frais de reconstruction. La bâtisse devrait être prête vers l'automne 2018.
Campagne de financement
Tout ce branle-bas de combat rend encore plus essentielle la campagne de financement de 2017-2018. Le Havre souhaite amasser 80 000 $ au cours des prochains mois.
«Cette somme est nécessaire pour faire fonctionner Le Havre, rappelle Mme Dahan. Cela consolide le fonctionnement global pour freiner l'itinérance.»
Les activités de financement débutent le 7 octobre avec une guignolée. La récolte d'argent sera menée à huit intersections de la ville de Trois-Rivières. Le Havre souhaite amasser 10 000 $.
Le souper-bénéfice du 9 novembre aura lieu au Ludoplex. Quelque 150 billets à 195 $ sont en vente pour cette soirée qui mariera un menu concocté par Alain Pénot, chef exécutif à l'Auberge du lac Saint-Pierre, et une animation assurée par la troupe Très Swing. Le Havre souhaite amasser 20 000 $ grâce à cette soirée.
Une sollicitation par publipostage et une loterie auront lieu au cours des mois suivants.