Le Centre de pédiatrie sociale de Saint-Léonard-d'Aston ouvrira ses portes le 27 octobre au 91 de la rue Fleury.
Le Centre de pédiatrie sociale de Saint-Léonard-d'Aston ouvrira ses portes le 27 octobre au 91 de la rue Fleury.

Le Centre de pédiatrie sociale Le Cercle ouvre ses portes

Marc Rochette
Marc Rochette
Le Nouvelliste
Saint-Léonard-d’Aston — Le Centre de pédiatrie sociale (CPS) Le Cercle de Saint-Léonard-d’Aston ouvrira ses portes le 27 octobre prochain. Les premiers enfants et leur famille seront accueillis au 91 rue Fleury, dans un local aménagé à leur intention au sein de l’organisme communautaire famille Ludolettre.

«Il y a 12 ans, le Dr Gilles Julien, fondateur de la pédiatrie sociale au Québec, nous lançait l’idée d’ouvrir un centre de pédiatrie sociale à Saint-Léonard-d’Aston», raconte l’instigateur du projet, Denys Guévin.

«Après de multiples démarches et après avoir franchi bien des obstacles, nous pouvons maintenant démarrer nos activités, grâce à l’appui que la Fondation Dr Julien nous a accordé dès le départ. La Fondation nous a accompagnés dans toutes les étapes de développement du projet et nous a accordé une subvention de démarrage», renchérit le président du conseil d’administration.

Celui-ci a précisé que le CPS Le Cercle sera doté «d’une merveilleuse équipe, dévouée au bien-être des enfants». L’équipe clinique sera composée de la Dre Caroline Dostie, médecin omnipraticienne, de Gloria Laflamme, travailleuse sociale en prêt de service du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec et Émilie Fleurent-Auger, qui assumera la direction générale après avoir occupé ces fonctions au Centre de pédiatrie sociale de Trois-Rivières. Lucie Laplante agira à titre de coordonnatrice administrative.

Le CPS Le Cercle desservira Saint-Léonard-d’Aston et les municipalités environnantes. Il fonctionnera à temps partiel au début et prévoit offrir ses services à plus de 35 enfants dès la première année.

«Il mettra à contribution les forces vives du milieu, tel que le suggère d’ailleurs le nom Le Cercle, évoquant le soutien d’une communauté qui entoure l’enfant pour lui permettre de développer son plein potentiel», a-t-on expliqué.

La médecine sociale en communauté est en effet un modèle de médecine intégré, centré sur les besoins de l’enfant, axé sur ses forces, celles de la famille et de la communauté. Elle repose sur le respect des cultures familiales et les droits fondamentaux énoncés dans la Convention relative aux droits de l’enfant. Elle vise à éliminer les sources de stress toxiques qui affectent son développement et son bien-être et propose une approche multidisciplinaire.

Finalement, M. Guévin a rappelé que Le Cercle n’aurait jamais pu voir le jour sans le soutien de précieux complices et partenaires, à commencer par les membres du conseil d’administration qui ont travaillé d’arrache-pied à sa naissance, sans oublier la grande implication de l’organisme Ludolettre.

Il a tenu à remercier spécialement tous les organismes qui, outre la Fondation Dr Julien et le CIUSSS MCQ, ont contribué au démarrage de cet important service à la communauté: la MRC Nicolet-Yamaska, la Fondation médicale Jean-Pierre Despins, la Fondation Santé Bécancour-Nicolet-Yamaska, la Caisse Desjardins Godefroy, la municipalité de Saint-Léonard-d’Aston et tous les ministères impliqués.

«Quelle équipe! Quelle chance pour le milieu! Pendant des années, Denys et son équipe ont cru en la pédiatrie sociale en communauté et l’ont voulu pour leur communauté. Ils ont traversé plein d’embûches. Ils ont rencontré des refus, des pertes et plusieurs déceptions en cours de route. Ils ont persisté et ils ont montré tout ce que la résilience peut faire pour changer le monde et déplacer des montagnes. Je lève mon chapeau à tous ces artisans pour leurs qualités d’entrepreneurship et leur volonté de mieux faire avec les enfants vulnérables de leur communauté», leur a écrit Dr Gilles Julien.