«Aux côtés de ces pays et d’autres membres de la communauté internationale, nous nous opposons systématiquement à la peine de mort», a souligné le chef de la diplomatie canadienne François-Philippe Champagne.
«Aux côtés de ces pays et d’autres membres de la communauté internationale, nous nous opposons systématiquement à la peine de mort», a souligné le chef de la diplomatie canadienne François-Philippe Champagne.

Le Canada va rejoindre le groupe de soutien à la Commission contre la peine de mort

Agence France-Presse
MONTRÉAL — Le Canada a annoncé samedi son intention de se joindre au groupe de soutien de la Commission internationale contre la peine de mort, un groupe de 23 pays dirigé par l’Espagne.

«Aux côtés de ces pays et d’autres membres de la communauté internationale, nous nous opposons systématiquement à la peine de mort», a souligné le chef de la diplomatie canadienne François-Philippe Champagne, dans un communiqué à l’occasion de la journée mondiale contre la peine capitale.

M. Champagne a jugé «encourageante» l’augmentation du nombre de pays qui abandonnent la peine de mort, saluant notamment la «récente avancée du Kazakhstan vers l’abolition de cette peine».

Il a réaffirmé la ferme opposition du Canada à la peine capitale, une «pratique cruelle, inhumaine [qui] constitue un affront aux droits de la personne, en plus d’être un moyen de dissuasion inefficace contre le crime»

La Commission internationale contre la peine de mort est un organisme indépendant qui milite en faveur d’un moratoire universel sur la peine de mort et son abolition à terme. Elle est soutenue et financée par un groupe de 23 pays, dont l’Algérie, plusieurs pays européens, l’Argentine, le Mexique, les Philippines, la Turquie et le Togo.