Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sonia LeBel, députée de Champlain et présidente du Conseil du trésor en compagnie d’Alain Audet, propriétaire des lieux
Sonia LeBel, députée de Champlain et présidente du Conseil du trésor en compagnie d’Alain Audet, propriétaire des lieux

Le calvaire du Bas-de-Sainte-Anne bientôt patrimonial

Marc-André Pelletier, Initiative de journalisme local
Marc-André Pelletier, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Sainte-Anne-de-la-Pérade — Le calvaire du Bas-de-Sainte-Anne devrait sous peu être classé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. La ministre provinciale de la Culture et des communications Nathalie Roy a signé un avis d’intention de classement à cet effet.

La démarche ferait ainsi en sorte de préserver la valeur des éléments historiques, artistiques et ethnologiques du calvaire situé sur le boulevard de Lanaudière à Sainte-Anne-de-la-Pérade.

La calvaire du Bas-de-Sainte-Anne a été érigé en 1893 par un groupe de paroissiens mené par Onésime Trottier et Aphrodis Mayrand.

«Classé parmi les 25 plus belles réalisations de ce genre, le calvaire du Bas-de-Sainte-Anne est riche en souvenirs pour les familles qui s’y retrouvaient, afin d’y prier et chanter en compagnie de leurs proches. Sa sauvegarde est inestimable aux yeux de toute une communauté, fière d’offrir à ses visiteurs cette œuvre patrimoniale, témoin de notre passé collectif. Dans le futur, ce geste permettra d’assurer l’entretien de la structure et sa pérennité», a soutenu la députée de Champlain, Sonia LeBel.

«Le calvaire du Bas-de-Sainte-Anne est un témoin des nombreux calvaires et croix de chemins qui se trouvaient précédemment le long de nos routes. Par cet avis d’intention de classement, je manifeste la volonté de notre gouvernement de protéger le patrimoine québécois qui fait partie de notre histoire collective et qui fait notre fierté», ajoute pour sa part la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy.

Les calvaires, représentation d’un courant de dévotion envers les images du Christ souffrant, ont connu un essor important à partir des années 1850.

Principales étapes du classement

-La ministre signe un avis de son intention de classer un bien et le transmet aux intervenants concernés. Dès ce moment, le bien doit être traité comme s'il était déjà classé.

-Toute personne intéressée a 60 jours après la transmission de l'avis d'intention au propriétaire pour faire des représentations auprès du Conseil du patrimoine culturel du Québec.

-Par la suite, la ministre demande l’avis du Conseil du patrimoine culturel du Québec

-Si elle décide de procéder au classement, la ministre signe un avis de classement. Il peut être signé dans un délai de 90 jours à un an après la transmission de l'avis d'intention.

-L'avis de classement est transmis aux intervenants concernés.

-L'avis est publié à la Gazette officielle du Québec et dans un journal local ou régional.

-Le bien patrimonial classé est inscrit au Registre du patrimoine culturel.