Le maire de Saint-Sévère, Jean-Yves St-Arnaud, devant la maison qui abritera le bureau municipal durant les prochains mois.

Le bureau municipal de Saint-Sévère déménage

Saint-Sévère — Un bureau municipal temporaire ouvrira vers le 1er mai à Saint-Sévère en attendant de connaître les mesures à prendre pour corriger un problème d’affaissement de sol qui affecte l’édifice municipal et qui a entraîné sa fermeture.

Des fissures ont été remarquées il y a un mois sur un mur extérieur de l’ancienne partie du bâtiment qui abritait jadis la caisse populaire. La bâtisse a été agrandie en 2016 et la nouvelle partie n’est pas touchée par cet affaissement de sol dans une municipalité reconnue pour son sol argileux.

Cette situation a obligé la Municipalité à trouver une solution de rechange, car les études des ingénieurs prennent un certain temps à être réalisées en cette période de dégel.

«On ne connaît pas la cause de l’affaissement. On pense qu’il y a un mouvement de sol dû à l’eau qui s’infiltre dans la terre. Les ingénieurs prennent des mesures pour savoir si la bâtisse bouge et si le sol travaille. On a une recommandation de la CNESST (Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail) de ne pas entrer dans le bâtiment pour ne pas mettre nos employés et nos bénévoles en danger, ce qui est tout à fait logique», raconte le maire, Jean-Yves St-Arnaud, qui s’attend à être fixé sur la situation de l’édifice municipal vers la fin du mois de mai et qui n’a aucune idée de l’impact financier de ce problème.

Une maison inoccupée, située à quelque 300 mètres de l’édifice municipal, a été louée par la Municipalité de Saint-Sévère au coût de 600 $ par mois. La Municipalité a accédé à la maison jeudi et amorce son réaménagement pour accueillir le personnel municipal. Il faut transférer certains documents et brancher les services de téléphonie et d’Internet avant d’ouvrir la maison à la population.

«La maison n’était pas utilisée, mais n’était pas sur le marché de la location. Le propriétaire nous accommode. Dans un petit village, les gens se connaissent et donnent un coup de main», ajoute le maire.

M. St-Arnaud se charge de transférer les documents municipaux, accompagné de la directrice générale, Marie-Andrée Cadorette. Le fait d’entrer quelques instants dans l’actuel édifice municipal n’est pas dangereux, estime-t-il.

«Ce n’est pas en train de s’effondrer! Il n’y a pas de soin. Je viens le matin et le soir pour voir ce qui se passe avec la bâtisse et il ne se passe rien. Il n’y a pas d’autres grosses fissures que celles qu’on a vues il y a un mois. On a vu des microfissures le lendemain et le surlendemain, mais rien de majeur.»

D’autre part, le maire prévoit rencontrer les bénévoles qui oeuvrent à la bibliothèque municipale durant la semaine prochaine. La bibliothèque est fermée, car elle fait partie de l’édifice municipal. Les autorités étudient la possibilité de transférer la bibliothèque au chalet Dumontier ou à la sacristie de l’église.