Les travaux au stationnement souterrain de l’hôtel de ville forcent la fermeture de la rue Hart sur cette portion.

Le bruit affecte certains commerces

TROIS-RIVIÈRES — Bien que les travaux qui se déroulent présentement au stationnement de l’hôtel de ville de Trois-Rivières se déroulent rondement, ils continuent d’avoir des impacts sur les activités de certains commerçants qui tentent maintenant de trouver des alternatives pour maximiser leurs activités cet été. C’est le cas du studio Yoga 3, situé sur la rue Hart, devant lequel se retrouve la machinerie la plus bruyante étant destinée aux travaux du stationnement souterrain.

La machinerie, en opération entre 7 h 30 le matin et environ 17 h le soir, force les professeurs de ce centre de yoga à fermer les fenêtres et les portes pour que les cours du matin et de l’heure du dîner puissent se dérouler dans une certaine quiétude. Une solution qui ne pourra toutefois pas durer très longtemps, avec l’arrivée des journées très chaudes.

«Normalement, en juin et juillet, nous ouvrons les fenêtres parce que le studio n’est pas climatisé. Ici, les gens viennent pour suivre nos cours, se relaxer, faire de la méditation. Ça demande un certain calme. Avec la machinerie qui roule dehors, ce ne sera pas possible d’offrir ça», constate David René, propriétaire du studio, qui a déjà contacté la Société de développement commercial et la Ville afin de voir si certains arrangements seraient possibles.

«Pour le moment, j’en suis là. Nous allons voir avec eux s’il y a des possibilités d’arrangement. J’ai déjà commencé à remarquer une baisse dans les cours du matin et du midi. Les gens ne se plaignent pas trop, probablement parce qu’ils savent que ce n’est pas de notre ressort. Mais il y a une baisse, oui», constate David René.

Ce dernier n’a pour le moment pas encore quantifié sa perte de revenus liée à ces travaux. «Mais il y a une perte de quiétude, ça c’est évident. Et la quiétude est essentielle à nos activités», remarque celui qui est en affaires à cet endroit depuis sept ans. Il regardera prochainement s’il ne serait pas possible de trouver un autre local à proximité pour tenir ses séances de yoga du matin et du midi, alors que les séances de soirs, elles, ne sont pas affectées par les travaux et qu’aucune baisse de clientèle n’a été constatée durant les soirées.

Circulation
Chez les autres commerçants, on constate que, bien que les travaux soient bruyants et qu’ils causent certains désagréments, notamment en raison du stationnement, les conséquences sont sans doute moins dramatiques que ce qu’on aurait pu craindre au départ.

David René, propriétaire du studio Yoga 3, sur la rue Hart.

Au restaurant Le Pot, le gérant Samuel Roy explique que le contracteur a été très accommodant avec eux dès le début, en acceptant de reculer les clôtures du chantier pour permettre une certaine circulation et une vue plus intéressante pour la terrasse. Les clients, d’ailleurs, ne semblent pas s’en faire avec la présence de cette clôture, et sont au rendez-vous en terrasse dès que le soleil se pointe le bout du nez.

Chez Don Quichotte, on reconnaît que les effets anticipés sont pour le moment moindres, même si on constate un ralentissement dans les ventes de ce mois-ci comparativement au même mois l’an dernier.

«C’est évident que nous avons vu une différence, mais on se demande si c’est vraiment dû aux travaux et au chantier de la rue Hart, ou encore à tous les travaux qui rendent l’accès difficile au centre-ville», constate Olivier Gamelin, faisant notamment référence aux nombreuses rues fermées dans le quartier Saint-Philippe, ou encore à certains accès par la rue Bellefeuille, qui sont touchés en raison d’autres travaux d’aqueduc ou d’asphaltage.

La boutique, qui indique tout de même avoir une clientèle solide et fidèle, demeure confiante de traverser l’été, même si cela veut dire une baisse des ventes.

Chez Ode Salon Styliste, on indique que c’est un mal pour un bien, et qu’on préfère voir le côté positif de ces travaux. «Évidemment que ça peut causer des désagréments, mais nous savons que c’est temporaire et que ce sera bénéfique pour plus tard, car le stationnement sera refait à neuf, ce qui sera aussi un plus pour notre clientèle», mentionne Caroline Béland, la propriétaire du salon.

Ville
À la Ville de Trois-Rivières, on indique que les travaux se déroulent bien, mais on ne pense pas, du moins pour le moment, que les travaux puissent finir avant la date prévue, soit la fin du mois d’août. D’ailleurs, de nouveaux travaux ont été nécessaires pour remplacer le système qui doit permettre l’écoulement de l’eau dans le stationnement souterrain, des travaux qui s’ajoutent à ce qu’il y avait à faire dans la réfection de ce stationnement.

Le porte-parole au cabinet du maire, Yvan Toutant, signale que la Ville avait une préoccupation quant à la circulation dans le secteur et constate lui aussi que les impacts pour les commerçants sont moindres qu’anticipés, mais ne croit pas que des mesures compensatoires puissent s’appliquer pour les commerçants qui auront subi des désagréments durant ces travaux.