Valérie Delage et Steven Roy-Cullen, candidats pour Québec solidaire dans Trois-Rivières et Champlain, exhortent le conseil municipal de racheter le boisé des Estacades.

Le boisé des Estacades s’invite dans la campagne électorale

Trois-Rivières — La mobilisation populaire entourant la sauvegarde du boisé des Estacades s’est invitée dans la campagne électorale provinciale jeudi matin. Pendant que les candidats de Québec solidaire dans Champlain, Steven Roy-Cullen, et Trois-Rivières, Valérie Delage, ont tenu un point de presse aux abords du boisé pour soutenir les opposants au projet de développement domiciliaire dans ce secteur, le candidat du Parti québécois dans Champlain Gaétan Leclerc a demandé au conseil municipal que tout soit fait pour préserver cet espace vert.

Les candidats de Québec solidaire réclament carrément que la Ville de Trois-Rivières rachète le terrain et en confie la gestion à la Fondation Trois-Rivières pour un développement durable, qui gère déjà des milieux écologiques comme la tourbière Red-Mill. Les candidats ont par ailleurs assuré que s’ils étaient élus, ils feraient tout en leur pouvoir pour aider et accompagner la Ville dans l’achat de ce terrain et dans sa conversion en un espace vert public.

«À Québec solidaire, nous mettons de l’avant une vision de l’aménagement urbain qui mise sur la densification des zones déjà occupées afin de réduire l’étalement urbain. Un développement du 21e siècle doit tenir compte des impacts de nos activités sur l’environnement», mentionne Steven Roy-Cullen.

Ce dernier précise que les règles qui sont actuellement en vigueur au niveau de la fiscalité municipale font en sorte de pousser les villes à toujours vouloir encourager le développement urbain, mais que ce développement entraîne aussi forcément des coûts pour l’entretien des infrastructures supplémentaires. Une roue sans fin, lance-t-il. «Nous proposons de revoir en profondeur le financement des municipalités afin de restreindre au minimum leur dépendance à la taxe foncière qui les incite trop souvent à développer des projets dans l’optique d’une rentabilité foncière», clame M. Roy-Cullen.

Valérie Delage renchérit en signalant la valeur écologique du boisé des Estacades, où s’est d’ailleurs tenu un bioblitz par la Ville de Trois-Rivières il y a deux ans. Au total, 549 espèces différentes avaient été répertoriées, dont 350 sortes d’insectes, 142 variétés de plantes, 26 espèces d’oiseaux et d’autres mammifères, amphibiens et poissons, et dont certaines espèces ont été identifiées comme étant potentiellement menacées.

«Pour les résidents des alentours comme pour toute la population trifluvienne, c’est un véritable havre de paix. Les accès libres à la nature et au bord de la rivière Saint-Maurice en ville sont assez rares qu’il est essentiel de les préserver», croit Mme Delage.

Pour sa part, le candidat du Parti québécois dans Champlain, Gaétan Leclerc, confie être lui-même un utilisateur de cet espace vert. «J’invite fortement le conseil de ville à prendre toutes les mesures pour protéger ce magnifique territoire. Je suis convaincu que la rencontre de mardi pour une discussion à huis clos avec les élus municipaux apportera des éclaircissements qui donneront lieu à une intervention solide afin d’éviter une transaction qui irait à l’encontre de la protection de nos milieux verts», a déclaré Gaétan Leclerc.

Pierre-Michel Auger, député sortant et candidat du Parti libéral, indique que le dossier est de responsabilité municipale, mais que le soulèvement populaire témoigne aussi d’une chose. «Présentement, je constate qu’il n’y a pas d’acceptabilité sociale pour un développement domiciliaire à cet endroit. Quand il n’y a pas d’acceptabilité sociale, je suis toujours un peu plus froid à aller de l’avant avec un projet», mentionne-t-il.

La candidate caquiste Sonia LeBel se montre quant à elle prudente. Bien qu’elle comprenne la grogne populaire, elle rappelle que ce terrain est une propriété privée.

«Mais les citoyens ont parlé et il faut les écouter. C’est un poumon au centre de la ville. Comme gouvernement provincial, si je deviens députée, il va falloir être présents et à l’écoute», indique-t-elle.

Avec la collaboration de Mathieu Lamothe