La Villa du jardin fleuri de Trois-Rivières.

La Villa du jardin fleuri doit fermer

Quelques mois après avoir fait les manchettes en raison de deux décès nébuleux de résidents, on apprend maintenant que la Villa du jardin fleuri de Trois-Rivières perdra le 31 octobre prochain son certificat de conformité. La soixantaine de personnes âgées qui y habitent, dont plusieurs sont en perte d'autonomie, devront donc se trouver de nouveaux logements, si le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) ne revient pas sur sa décision.
Le CIUSSS confirmait dimanche que le certificat de conformité de la résidence pour personnes âgées était révoqué. Son porte-parole, Guillaume Cliche, ne pouvait toutefois donner les raisons d'une telle décision. Comme la direction de la résidence a contesté par le biais de ses avocats cette révocation, le CIUSSS affirme ne pas vouloir donner davantage de détails. 
«C'est une décision qui n'est toutefois pas prise à la légère», affirme Guillaume Cliche. «Nous aidons les résidents et leurs familles pour la relocalisation dans d'autres résidences.»
Rappelons que le CIUSSS avait ouvert une enquête en mars dernier à la suite du décès d'André Bourassa, note M. Cliche. Le septuagénaire est mort gelé après s'être embarré en plein hiver à l'extérieur de la résidence. En avril 2016, une autre résidente était décédée dans des circonstances qui rappellent celles qui ont coûté la vie à M. Bourassa. Thérèse Roberge s'était alors levée en pleine nuit pour sortir de sa chambre. Elle s'était retrouvée prise à l'extérieur, car la porte était verrouillée de l'intérieur. La dame qui circulait avec une marchette a alors perdu pied lorsqu'elle tentait de descendre du petit perron de son entrée. Sa chute lui a causé un traumatisme crânien et un oedème pulmonaire. Elle est décédée des suites de ses blessures quelques jours plus tard au centre hospitalier. 
Acharnement bureaucratique?
Parallèlement à cette enquête, le CIUSSS a entrepris l'inspection de la résidence en janvier 2017. La direction de la Villa du jardin fleuri soutient qu'il s'agissait d'une procédure administrative de routine. 
Reconnaissant que c'est le droit du CIUSSS de révoquer un certificat de conformité d'une résidence pour personnes âgées, le porte-parole de la direction de la Villa du jardin fleuri, Louis Aucoin, déplore cependant que les raisons d'une telle révocation n'aient même pas été communiquées aux exploitants de l'endroit. La direction ne pouvait donc expliquer ce week-end les détails de la décision du CIUSSS. 
Louis Aucoin soutient de plus que l'entreprise a tout fait ces derniers mois pour se conformer à la réglementation. Sur les 78 critères de cette inspection, la résidence affirme qu'elle répondait à 66 au 16 mai et à 71 au 29 juin. Les critères qui n'étaient pas respectés à ce moment étaient l'obligation d'avoir une assurance responsabilité, de procéder à des vérifications des antécédents judiciaires, de s'assurer que le système d'alarme relié aux portes est entendu dans toute la résidence, de prouver les attestations de réussite, de formation, de compétence ainsi que de relocaliser les résidents à risque d'errance.  
«La résidence répond maintenant à tous ces critères. Le seul qui restait à remplir lorsque le CIUSSS a annoncé sa décision était celui de l'assurance responsabilité. Or, il y a un litige en cour entre deux personnes au sujet de la propriété de la résidence. Ces deux personnes ont toutes les deux assuré la résidence, alors elle se trouve maintenant doublement assurée», précise M. Aucoin qui n'hésite pas à qualifier la décision du CIUSSS «d'acharnement bureaucratique». 
Les résidents de la Villa du jardin fleuri ont été avisés de la décision du CIUSSS à la fin de la semaine dernière. Le porte-parole de l'entreprise affirme que cela a entraîné beaucoup de stress aux résidents et à leur famille. 
«Ce qui est choquant, c'est la manière dont le CIUSSS traite les résidents, en créant inutilement un véritable vent de panique parmi eux. Nous constatons actuellement les conséquences de ce stress sur la santé physique et mentale des résidents, sans compter le stress occasionné aux familles», dénonce Louis Aucoin. 
«Malgré les efforts de la direction et du personnel et malgré le fait que la résidence était à une seule technicité d'être en tout point conforme, le CIUSSS a mandaté une escouade pour aviser les résidents qu'ils devaient se relocaliser dans les prochaines semaines. Cette escouade s'est présentée sur les lieux sans autorisation, avant même que la direction de la résidence ait pu communiquer avec les résidents. Le tout a été fait par le CIUSSS en ayant la connaissance que la résidence allait se conformer à toutes les exigences, sans avoir présenté les motifs de sa décision, sans égard au délai de contestation et surtout sans égard aux conséquences pour les résidents.»
Inconfortables devant cette décision, des familles des résidents ont lancé ce week-end une pétition demandant au CIUSSS de reconsidérer sa décision. Cette pétition doit circuler dans les prochains jours auprès des résidents et leur famille.