Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, se réjouit de voir que sa circonscription aura un député, Donald Martel, du parti au pouvoir.

L’avantage d’un député au pouvoir

NICOLET — La chance de miser sur un député membre du gouvernement a été soulignée par tous les maires de la région et Jean-Guy Dubois souhaite de tout cœur que les années de service de Donald Martel au sein de la Coalition avenir Québec lui apportent un ministère.

Le maire de Bécancour avoue ne pas avoir prévu la vague caquiste. La réélection de M. Martel fait en sorte que Nicolet-Bécancour retrouve le chemin du gouvernement, un scénario qui date de l’époque du péquiste Michel Morin.

«Je suis surpris d’un tel engouement. Mais on a un gouvernement majoritaire et c’est souhaitable. Je souhaite que M. Martel ait un ministère. Il a été un fidèle serviteur pour la CAQ depuis des années. Avec un ministre dans le comté, ça donne un accès au gouvernement. Ça donne une voix pour se faire entendre, se faire comprendre.»

Sans s’avancer sur la possibilité de côtoyer de près un ministre, la mairesse de Nicolet, Geneviève Dubois, croit elle aussi qu’avoir un député membre du gouvernement facilite les choses.

«Ce n’est pas une surprise pour nous de voir la réélection de M. Martel, il était en avance dans les intentions de vote durant la campagne électorale. Et j’accueille favorablement un député au gouvernement. Avec ce que j’ai observé dans le coin, je voyais que les comtés libéraux avaient beaucoup de visites de ministres et d’annonces.»

Le constat est le même du côté nord du Saint-Laurent. Pierre-David Tremblay, maire de La Tuque, rappelle que sa ville continue d’avoir une députée au pouvoir, avec l’élection de la caquiste Marie-Louise Tardif.

«On a été gâté avec Jean-Pierre Jolivet et Julie Boulet. Dans les débats, Mme Tardif a bien sorti son épingle du jeu. Un député au pouvoir, ça facilite les relations avec le gouvernement. C’est plus facile d’amener nos dossiers au gouvernement. J’espère que Mme Tardif sera aussi présente que les deux députés précédents.»

Michel Angers, maire de Shawinigan, se dit heureux d’avoir une députée au gouvernement avec la représentante de la nouvelle circonscription de Laviolette-Saint-Maurice. Il assure Mme Tardif de sa collaboration.

«Plusieurs dossiers nous attendent. Évidemment, c’est avec une certaine surprise que j’ai constaté comme la plupart des gens la victoire non équivoque de la CAQ. ll me reste à souhaiter que M. Legault nomme un ou deux ministres chez nous», raconte M. Angers, en saluant le travail accompli par Pierre Giguère, député sortant du PLQ.

Si M. Angers est surpris du résultat de l’élection, Yvon Deshaies assure le contraire. Il a passé son dimanche après-midi à rencontrer les nombreux visiteurs du Festival de la galette de sarrasin et selon ce que le maire de Louiseville entendait, l’idée d’une forte victoire caquiste paraissait possible.

«J’ai donné la main à 500 ou 600 personnes. Je l’avais, mon sondage. J’ai rencontré des gens de Gaspé, du Lac Saint-Jean, de Laval, de Terrebonne. La CAQ était en avantage. C’est le plus beau baromètre. Chez nous, on a maintenant M. Allaire (Simon, député de Maskinongé). Je l’ai connu quand il était au CLD de la MRC. Avoir un député au pouvoir, c’est une bonne affaire comme on l’a vécu avec M. Plante (Marc, le député libéral défait), un homme travaillant et présent.»

Pour sa part, Annie Pronovost est satisfaite de pouvoir collaborer avec une députée au pouvoir en la personne de Sonia LeBel, nouvelle députée de Champlain.

«Travailler avec un député au pouvoir, c’est plus facilitant pour régler des dossiers. Et on parle d’une députée qui a des chances d’avoir un ministère», dit la mairesse de Saint-Tite.

Le Nouvelliste n’a pu joindre le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque.