Philippe Dorion vient de démarrer une entreprise de lombricompostage basée sur ses connaissances universitaires.
Philippe Dorion vient de démarrer une entreprise de lombricompostage basée sur ses connaissances universitaires.

L’autonomie alimentaire passe par le compost

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Tout jardinier le moindrement engagé dans son passe-temps découvre assez rapidement que la qualité et la quantité de ses récoltes dépendent principalement de la santé du sol dans lequel grandissent ses légumes. Philippe Dorion, pour sa part, consacre à ce thème ses études universitaires en biochimie et en biotechnologies à l’UQTR. Son grand rêve est produire le meilleur compost qui puisse exister grâce à l’intervention des vers. Le sujet le passionne tellement qu’il a démarré sa propre entreprise de lombricompostage en septembre dernier.