Le nouveau parcours Les condamnés de la Vieille prison offert au Musée POP dans le cadre de l’Halloween permet aux participants d’explorer de sombres recoins du vétuste édifice grâce à la présence de personnages fort peu rassurants.
Le nouveau parcours Les condamnés de la Vieille prison offert au Musée POP dans le cadre de l’Halloween permet aux participants d’explorer de sombres recoins du vétuste édifice grâce à la présence de personnages fort peu rassurants.

L’art de s’en sortir

François Houde
François Houde
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Il y a trois signes qui annoncent l’arrivée prochaine de l’Halloween: il fait nettement plus frais, les feuilles changent de couleur et le Musée POP présente la nouvelle mouture de son activité annuelle inspirée par cette fête. Cette année, après sept parcours de peur différents, on propose une activité d’évasion intitulée Les condamnés de la Vieille prison.

L’activité prenait son envol vendredi soir, mais la presse, locale et nationale, a eu droit à l’expérience en fin d’après-midi. Le premier constat est qu’on change profondément la dynamique de la formule qui s’est fait des milliers d’adeptes au cours des sept dernières années. Moins d’émotions fortes désormais, malgré quelques surprises et sursauts, plus de déduction et de recherches. Le tout dans la même atmosphère lugubre et troublante de la vieille prison encore une fois bien exploitée. En fait, la nouvelle activité incite davantage à l’exploration de l’édifice qui recèle des coins qui donnent vraiment froid dans le dos.

Le mandat d’élaborer cette activité a été octroyé à la firme Défi-Évasion de Québec qui remplit fort habilement son rôle, offrant des défis intéressants. L’expérience a démontré que les amateurs de jeux d’évasion, de plus en plus populaires, jouiront d’un avantage indéniable. Les principes des différents défis ne sont pas toujours évidents à saisir, mais les sinistres personnages qui occupent les lieux donnent volontiers de précieux indices. Quatre défis divisés en huit étapes doivent être résolus pour permettre aux participants de quitter les lieux libres.

Dans sa nouvelle formule, l’activité permettra à 42 personnes, divisées en équipes, de se lancer dans l’aventure en abordant simultanément différentes étapes pour éviter la congestion. Quatre départs par soir sont organisés. On calcule que le parcours peut être complété en une soixantaine de minutes; l’expérience démontre que l’estimation est juste.

Si on peut s’inscrire individuellement et se faire intégrer à une équipe au moment du départ, il est on ne peut plus conseillé d’y aller en groupe d’amis pour favoriser la coopération et, dans le meilleur des cas, une judicieuse répartition des tâches qui constitue un indéniable atout. Sans compter que ça peut stimuler la rigolade, ce qui ne gâche évidemment rien.

Halloween oblige, à défaut de pures frayeurs, le parcours comporte un côté résolument sordide sans être choquant. Il reste que les organisateurs connaissent bien leur clientèle et ils ont prévu offrir deux catégories d’expérience. Une première, plus troublante, pour les participants de 16 ans et plus et offerte pendant la soirée des 11, 12, 13, 18, 19, 25, 26 et 31 octobre de même que les 1er et 2 novembre. La version familiale pour les jeunes de 9 à 12 ans, contenant des défis moins corsés ou inquiétants, sera offerte lors de deux journées la fin de semaine précédant l’Halloween, les 26 et 27 octobre.

Pour la direction du Musée POP, cette activité demeure un prétexte pour mettre en valeur cette perle d’infrastructure qu’est la Vieille prison. «On s’est dit qu’il n’y a qu’à Trois-Rivières où on trouve une véritable prison dont on peut chercher à s’enfuir alors, l’idée du jeu d’évasion s’imposait d’elle-même, dit Claire Plourde, responsable des communications. La forme que nous avons choisie s’imprègne très bien des lieux pour mieux les utiliser. Ils ont concocté des énigmes et des défis qui sont en lien avec la Vieille prison. Les personnages qu’ils ont créés et qui participent au parcours sont aussi des incarnations caricaturales de personnages en fonction dans l’établissement carcéral du temps de son activité comme le directeur, le cuisinier, le médecin, etc.»

«Tous nos sens sont mis à profit dans l’activité et ils offrent une belle variété de défis dans leur parcours. On se sent vraiment dans un autre monde pendant l’heure qu’on y consacre. Après sept ans d’un parcours de peur, et bien qu’il changeait chaque année, il reste que les habitués commençaient à connaître les lieux et à anticiper certaines surprises.»

Chaque année, l’activité constitue un succès retentissant pour le Musée POP et on ne doute pas que cette nouvelle formule crée le même engouement auprès du public toujours avide d’expériences. «On sait que les gens adorent les jeux d’évasion, poursuit Claire Plourde. Or, leur permettre de s’évader d’un lieu authentique dont tous les occupants auraient voulu s’évader à l’époque où ils y étaient véritablement incarcérés, ça ajoute un cachet supplémentaire unique. On est très confiants que l’activité va trouver sa clientèle. Avant même son inauguration, plus de la moitié des places disponibles ont déjà été réservées. Entre jeudi et le vendredi de l’ouverture, on a noté une hausse des réservations de 10 %, preuve d’un intérêt grandissant.»

On peut réserver sa place à travers le site du Musée (museepop.ca) ou via le site lepointdevente.com au coût de 25 $ plus taxes et frais alors que la version familiale coûtera 15 $ plus taxes et frais.